Impact du tempérament des bovins sur leur santé

Les bovins vivent au cours de leur vie différentes expériences qui peuvent les stresser comme le sevrage, les transports, les changements de groupe, des soins vétérinaires, etc. Ce genre de perturbation peut affecter négativement leur croissance, leur reproduction et leur système immunitaire, puis les prédisposer aux maladies du système digestif et respiratoire.

Le docteur Jeff Carroll du Agricultural Research Service, un organisme lié au ministère de l’Agriculture américain, et ses collègues ont voulu vérifier l’impact du comportement des animaux sur leur susceptibilité à attraper et à démontrer des signes de maladie. Entre 24 et 36 veaux ont été utilisés pour chacune des expériences.

Le tempérament des animaux était évalué en mesurant la vitesse avec laquelle ils sortaient d’une cage de contention et le temps pris pour atteindre une distance déterminée. Les bovins ont été ainsi distribués en trois catégories : calme, intermédiaire ou nerveux.

Ces animaux ont reçu l’injection d’une toxine pour simuler la maladie après avoir été transportés sur une distance de 770 km. La réponse exprimée à la maladie a été considérablement influencée par leur comportement.

Les animaux nerveux ne démontraient pas de signes de la maladie. Pour leur part, les animaux calmes ont immédiatement montré des signes visuels de la maladie permettant de les identifier facilement comme étant malades et nécessitant un traitement. De plus, les animaux nerveux avaient une réponse immunitaire au vaccin qui était plus faible que les animaux intermédiaires ou calmes.

Article : Alain Fournier

Source : Hoard’s dairyman

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires