La pandémie a stimulé la consommation de bœuf

Les consommateurs étaient chez eux avec un revenu disponible plus élevé et prêts à le dépenser pour le bœuf, même avec les prix de détail élevés

Le troupeau canadien de vaches de boucherie comptait 3,5 millions de têtes au 1er janvier, ce qui en fait l'un des plus petits depuis plus de 30 ans et 4% plus petit qu'en 2019.

La consommation de bœuf au Canada a légèrement augmenté l'année dernière et l'analyste de marché Anne Wasko, de Cattle Trends and Gateway Livestock, dit que c'est encourageant car l'industrie fonctionne grâce à une offre solide.

Les Canadiens ont mangé environ 18 kilogrammes de bœuf par habitant en 2020, une augmentation de 0,3 %. Dans l'ensemble, la demande de bœuf était de 5,5% plus élevée qu'en 2019, a-t-elle expliqué lors de la récente réunion annuelle de la Saskatchewan Stock Growers Association. La COVID-19 a frappé, mais les gens étaient chez eux avec un revenu disponible plus élevé et prêts à le dépenser pour le bœuf, même avec des prix de détail élevés.

Le porc et le poulet n’ont pas connu le même engouement, soit une baisse de 15% pour le porc et 2% pour le poulet.

« Nous savons que les prix du bœuf au détail étaient plus élevés au comptoir l'année dernière, dit-elle. Ils étaient en fait en hausse de 6% en 2020 par rapport à 2019, mais cela n'a pas dissuadé les consommateurs. »

Exportations positives

L'autre nouvelle positive de 2020 vient des chiffres des exportations canadiennes. Bien que les exportations de bœuf aient diminué, la valeur a établi un record historique de 3,25 milliards de dollars. Au cours du premier trimestre 2021, les exportations de bœuf ont augmenté de 12% en volume et de 11% en valeur, a-t-elle ajouté.

L'année dernière, les importations de bœuf canadien ont augmenté de 20 pour cent. Anne Wasko a dit que de nombreux pays ont vu des niveaux d'importation élevés en raison des impacts de la COVID. Mais elle a ajouté que les importations revenaient à des niveaux plus habituels. Les importations depuis le début de l'année sont en baisse de 13% et 2020 devrait se démarquer comme une aberration liée à la COVID.

Traduit et adapté de Western Producer

Pour l’article complet : https://www.producer.com/livestock/pandemic-boosted-beef-consumption/

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires