Le confort des vaches

Les vaches ont besoin d’un endroit propre et confortable pour se reposer. Le revêtement des stalles joue un rôle important au point de vue du bien-être, de la santé et de la productivité du troupeau, car une vache passe de 10 à 14 heures dans une stalle confortable. Qu’en est-il des différents revêtements offerts sur le marché ?

Le revêtement de ciment : Le ciment ne procure aucun confort à moins d’y ajouter une quantité importante de litière. C’est un matériau abrasif qui entraîne des lésions sur les membres de l’animal. Il ne produit aucune isolation pour l’animal en hiver. Par contre, il est frais en été. Son avantage principal est sa durabilité.

Les tapis de caoutchouc : Il s’agit de la deuxième surface parmi les plus dures après le ciment. Ils requièrent beaucoup de litière pour être confortables. Ils causent également plus de lésions aux jarrets que les matelas contenant du caoutchouc. Ils sont populaires, étant durables et généralement peu dispendieux.

Matelas remplis de caoutchouc : Les matelas sont plus confortables que le ciment et les tapis de caoutchouc. Ils doivent néanmoins être bien pourvus de litière pour diminuer l’abrasion des jarrets et accroître la durée moyenne de repos des vaches. Ils ont cependant l’inconvénient d’être moins durables que les deux systèmes précédents, car ils se compactent avec le temps. Les matelas contenant du gel seraient plus confortables que ceux remplis de caoutchouc, mais leur durabilité reste à évaluer.

Matelas d’eau : Ce sont des revêtements de stalles relativement nouveaux. Ils s’adaptent au corps de la vache lorsqu’elle se couche et sont très confortables. En été, ils fournissent un certain rafraîchissement à la vache et l’isolent du froid du sol en hiver. Ils conservent également leur potentiel d’absorption plus longtemps que les autres types de matelas.

Litière profonde de fumier recyclé : Le fumier recyclé diminue les boiteries et les lésions aux jarrets comparativement aux matelas. C’est un bon moyen de réduire les coûts de litière, tout en fournissant aux animaux un environnement très confortable. Par contre, le muret qui garde la litière a plus de risques de se dégarnir avec cette matière plus légère et de causer des blessures aux jarrets. Le comptage bactérien est plus élevé avec ce système qu’avec les autres systèmes, ce qui peut mener à un accroissement des risques de mammites cliniques.

Litière profonde de paille ou de sciure de bois : C’est un milieu très confortable pour les vaches laitières. Il est, par contre, difficile de maintenir la litière à un niveau uniforme dans la stalle. Cette matière requiert un entretien régulier, car le milieu peut devenir fortement contaminé avec le temps et augmenter les risques de mammites environnementales.

Litière profonde de sable : C’est le nec plus ultra. La croissance bactérienne est moins rapide dans le sable que dans les matériaux organiques, comme les pailles et la sciure de bois, réduisant ainsi les risques de mammite. Le sable s’adapte à la forme de la vache, rendant la litière très confortable. Il produit un effet rafraîchissant en été, mais requiert un temps d’adaptation en hiver avant d’être utilisé par les vaches, le temps qu’il se réchauffe. Il produit moins de lésions aux jarrets et moins de boiteries que les matelas. Il est cependant difficile à gérer avec le fumier, car il se sépare facilement des déjections. Il peut aussi occasionner une usure prématurée des équipements avec lesquels il entre en contact. Si la stalle ne contient pas assez de sable, le muret garde-litière sera exposé, risquant d’occasionner de l’usure à l’arrière des jarrets.

Source : Université du Kentucky

Auteur : Alain Fournier

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires