Les Éleveurs de porcs craignent un prix des grains élevé pour l’automne et l’hiver prochain

La sécheresse pourrait créer une rareté des grains

Les Éleveurs de porcs du Québec demandent à ses membres de l’informer sur les effets de la sècheresse sur leur ferme. Quelle est la situation dans les élevages? Y a-t-il une problématique de puits d’abreuvement?

« Dans un premier temps, le but est de dresser un portrait de la situation. Ensuite, nous verrons s’il y a des actions à entreprendre à ce niveau », explique en entrevue Merlin Trottier-Picard, directeur des communications pour les Éleveurs de porcs du Québec.

Il explique que ce n’est pas tant la situation de la chaleur des porcs qui préoccupe le plus les éleveurs en ce moment, mais les impacts de la sécheresse sur la production de grains qui aura pour effet de pousser le prix des grains à la hausse. En production porcine, l’alimentation représente entre 50 et 65% du coût de production, selon les explications de Merlin Trottier-Picard.

En entrevue, le directeur général de l’UPA, Charles-Félix Ross explique qu’il est trop tôt pour connaître l’impact de la saison sur le prix des grains de l’automne prochain. Le prix des grains est en fonction du marché nord-américain.

Au Québec, c’est beaucoup le grain local qui est consommé. « À date, dans l’ensemble, c’est pas pire, dit Charles-Félix Ross. Il y a eu un peu de manque d’eau en période critique. Je comprends leurs inquiétudes, mais c’est encore un peu tôt pour se prononcer sur les récoltes. »

Chargement des porcs

Plus tôt cette semaine, les Éleveurs de porcs ont demandé à ses membres, via l’infolettre Flash, de faire attention lors du chargement des porcs en période de canicule. Selon une charte établie selon la température et l’humidité relative, il faut réduire le nombre de porcs par camion de 10 ou 25% du nombre de porcs, ou tout simplement reporter le transport des porcs à un moment plus approprié.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires