Lorsque l’herbe des pâturages est trop vieille

L’agronome France Bélanger du bureau de renseignement agricole du MAPAQ à Montmagny a fait du bien-être au pâturage son leitmotiv. Son intérêt pour les pâturages a débuté il y a tout près de 25 ans.

Selon elle, les bovins devraient rester moins de cinq jours dans une parcelle. Après sept jours, les plantes intéressantes commencent à disparaître. Ils devraient ensuite y revenir 20 à 25 jours plus tard. Après 25 jours, la parcelle ne gagne pas en volume, mais la plante devient mature, ce que les animaux n’aiment pas. « 40 jours de rotation, c’est beaucoup trop long », affirme France Bélanger.

Par leur comportement, les animaux démontrent que c’est le temps de changer de parcelle. Si le troupeau meugle, c’est qu’il est plus que temps de les changer. France Bélanger insiste pour faire disparaître ce comportement. Sans quoi, ils se mettront à meugler pour tout.

Voici quelques photos des constatations de France Bélanger.

Cet article est la suite de l’article suivant:

Ce qu’il faut éviter au pâturage

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires