Lumière sur l’éclairage dans les poulaillers

Que connaissez-vous de l’éclairage des oiseaux?

Dans un article publié dans le magazine Poultry Digital de novembre 2017 intitulé The importance of lighting in poultry production, l’auteure Melanie Epp expose certains faits à propos de l’éclairage de la volaille. Voici, en rafale, certains faits intéressants à connaître.

  • Chez l’humain, la lumière atteint le cerveau en passant par les yeux. Chez les poulets, la lumière prénètre non seulement par les yeux, mais aussi par le dessus du crâne, en passant par la glande pinéale et par la glande pituitaire pour atteindre ensuite l’hypothalamus.
  • L’humain n’a que trois types de cônes, spécialisés pour percevoir le rouge, le bleu et le vert. Les poulets, eux en ont quatre, pour percevoir le rouge, le bleu, le vert et l’ultraviolet.
  • Comme les humains, les volailles ont besoin d’un cycle de jour et de nuit. Cela permet un bon fonctionnement de leur système interne, comme leur statut immunitaire, la mobilité et la vigilance.
  • Le spectre de lumière visible pour l’humain est de 400 à 750 nm. Pour les poulets, il est de 315 à 750 nm. Les poulets sont donc sensibles aux lumières infrarouges.
  • La volaille répond mieux à un éclairage uniforme. Et la lumière au DEL offre une meilleure uniformité.
  • L’intensité de lumière diffère légèrement pour stimuler les oiseaux à pondre à un endroit ou de nicher à un autre, mais il est déconseillé d’avoir des zones de noirceur.
  • Le retour sur l’investissement lié au remplacement d’ampoules incandescentes par des DEL est de moins d’un mois.

à propos de l'auteur

Commentaires