Un autre État américain bannit les oeufs de poules en cages

La législation entrera en vigueur en 2023

En signant la loi SB 1019, l’Oregon s’ajoute à la liste des États américains qui se sont dotés d’une législation exigeant que les œufs vendus à l’intérieur de leurs frontières proviennent d’établissements sans cage. En fait, tous les États de la côte ouest américaine ont adopté de pareilles lois, soient la Californie et Washington.

la nouvelle loi de l’Oregon exige que les œufs produits et vendus dans cet État proviennent d’étables sans cages abritant également des perchoirs, des nids ainsi que des zones de grattage. Les exigences de la loi sont basées sur les directives de United Egg Producers concernant l’absence de cage et entrent en vigueur à la fin de 2023. Les électeurs du Massachusetts ont adopté une mesure similaire en 2016.

Articles connexes

Le projet de loi oblige les exploitations commerciales de 3 000 poulets ou plus à l’élevage sans cage et empêche l’achat ou la vente d’œufs provenant de poules en cage – dans des lieux tels que les épiceries et les restaurants – à partir de 2024.

“Cette nouvelle loi, associée à la loi précédente à Washington et en Californie, signifie que les 50 millions d’habitants de ces États paieront davantage pour leurs œufs provenant de 20 millions de poulets, sans offrir de conditions plus humaines pour ces poulets”, a déclaré Ken Klippen. vice-président exécutif de National Egg Farmers.

“Avec l’entrée de l’Oregon dans la liste des États interdisant le confinement extrême des poules, l’avenir de l’industrie des œufs est clair: plus de cages”, a déclaré Josh Balk, vice-président de la protection des animaux d’élevage de la Humane Society of United States.

En 2018, près de 18% des poules à l’échelle nationale étaient en production sans cage, contre 12% en 2016 et 4% en 2010. Selon le Service de la commercialisation agricole du département de l’Agriculture des États-Unis, environ 71% des poules américaines seront en cage d’ici 2026 pour répondre à la demande projetée liée aux détaillants, aux fournisseurs de services de restauration et aux fabricants de produits alimentaires promettant une transition vers des œufs sans cage.

Source: Feedstuffs

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires