Un portrait des autres élevages du pays

Oubliez veaux, vaches, cochons et volailles; plusieurs fermes au pays pratiquent conjointement un autre élevage qui comprend un autre type d’animaux, que ce soit des chevaux, chèvres ou encore les canards. Selon Statistiques Canada, c’est un peu moins du quart de toutes les exploitations agricoles au pays qui comptent deux élevages, dont des animaux compris dans la catégorie dite « autres », soit presque 46 000 sur les 193 000 fermes recensées au pays en 2016. Sur le lot, seulement 18 584 tiraient leurs principaux revenus de ce type d’élevage, ce qui représente environ 10% de toutes les exploitations. Les principales raisons invoqués par ces propriétaires sont la volonté de diversifier leurs revenus et de répondre à des marchés plus nichés.

Ces élevages se retrouvent habituellement dans les catégories de revenus inférieurs, ce qui est surtout vrai dans le cas des élevages de chèvres et d’équidés. La majorité des propriétaires ont d’ailleurs indiqué avoir un travail à l’extérieur, une réalité pour 44% de tous les exploitants agricoles.

D’autres tendances se distinguent dans ce groupe, comme le fait que plus de femmes agissent comme unique exploitante. Alors que le pourcentage de femme propriétaire est de 7,2% pour tous les types de fermes, il grimpe à 10,5% dans le cas des autres élevages. Elles sont plus présentes dans les exploitations de chèvres et de chevaux.

Les exploitations agricoles spécialisées dans l’élevage de chevaux et d’autres équidés étaient les plus nombreuses avec 10 507, selon la valeur de leur activité principale. Les autres catégories les moins présentes (lapins, élans (wapitis), lamas, alpagas et cerfs) ont vu leur nombre diminuer depuis le dernier Recensement de 2011.

Une catégorie a cependant connu une hausse, soit les autres volailles dont le pourcentage est passé de 2,2% en 2011 à 2,7% en 2016. Les canards étaient le type d’autres volailles le plus souvent déclaré. En 2016, 2 862 exploitations agricoles ont déclaré compter des canards, ce qui représente une hausse de 24,8 % par rapport à 2011. Le nombre de canards au Canada a augmenté de 32,2 % pour se fixer à 1,7 million d’oiseaux.

En 2016, 95,4 % des exportations de viande de canard du Canada ont été effectuées vers les États-Unis; la quantité exportée vers ce pays a crû de 61,0 % depuis 2012. Les exportations vers le Japon ont aussi monté en flèche au premier semestre de 2017, dépassant quatre fois la quantité exportée dans toute l’année 2016. Le Mexique, qui a récemment rouvert ses frontières aux volailles canadiennes, a également vu croître les exportations de viande de canard qui lui étaient destinées au premier semestre de 2017.

L’Ontario et le Québec étaient les principales provinces à l’origine de la hausse du nombre de canards. Dans ces deux provinces, le nombre de canards a augmenté de 44,7 % pour atteindre 1,4 million d’oiseaux, ce qui représente 80,8 % de l’ensemble des canards au Canada en 2016. Les 10 principales exploitations agricoles ayant déclaré élever des canards au Canada comptaient les deux tiers de tous les canards déclarés.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires