Utiliser les drones avec les troupeaux

L’utilisation des drones en agriculture de précision fait la manchette depuis déjà quelque temps. Leur utilisation pour la gestion de troupeaux est moins connue.

En Colombie-Britannique, le chercheur John Church de la Thompson Rivers University s’intéresse à l’utilisation des drones en combinaison avec des caméras à thermographie infrarouge. La combinaison de ces deux technologies peut mener à des applications pratiques.

Les caméras à thermographie infrarouge permettent déjà de faire certaines lectures des aliments, mais la technologie peut aller beaucoup plus loin. « Si nous pouvons mesurer la température de la tête, nous pouvons obtenir certaines indications de l’efficacité métabolique et sélectionner les animaux les plus efficaces », explique John Church dans un article de Tamara Leigh publié dans le magazine Canadian Cattleman de mai 2015 intitulé Drones Give New Perspective on Herd Management.

La première phase du projet a permis de valider l’utilisation de la thermographie infrarouge. L’équipe de John Church a aussi développer l’information pratique et les directives pour les éleveurs intéresser à utiliser la technologie dans leurs opérations.

La première question était : jusqu’à quelle distance pouvons-nous voler près des vaches sans les déranger. Les recherches ont démontré que les vaches sont relativement tolérantes au bruit et au mouvement des drones. Il a été possible de voler aussi près que trois mètres d’elles dans le but de les observer.

« Ça semble effrayer les vaches si elles voient le drone décoler, de telle sorte qu’il est mieux de voler à une hauteur de 15 mètres et de graduellement descendre », dit John Church. « De plus, elles n’aiment pas sentir le courant d’air sur leur dos. Donc, venez de côté et non pas directement sur elles. »

Choix du drone

L’équipe de John Church a testé 10 drones pour savoir quelle configuration est la meilleure pour la gamme et pour utiliser dans des parcs de bouvillons. Il recommande le DJI Inspire 1 (www.dji.com) pour sa robustesse. Deux critères sont particulièrement importants : le poids – ce qui permet une meilleure stabilité dans le vent – et la durée de vie de la pile.

« Beaucoup de personnes s’intéressent à la longue durée de vol, mais nous avons trouvé que la durée intéressante est 20 minutes », dit John Church. « Malheureusement, les températures froides peuvent vraiment miner le lithium des piles et alors que le drone vole correctement, la durée de vol diminue rapidement. »

Apprendre à faire voler un drone est tout un art. John Church a connu les meilleurs succès avec des jeunes étudiants. « C’est vraiment bien si vous pouvez trouver des anciens accros de jeux vidéo », dit-il.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires