Des nouveaux logements pour poules au Canada

Les Producteurs d’œufs du Canada ont annoncé le vendredi 5 février la transition de la production d’œufs des cages conventionnelles vers d’autres méthodes de logement des poules.

Actuellement, 10% des oeufs sont produits sur parquet, en volière ou sur libre parcours. Dans huit ans, cette proportion sera de 50%. D’ici 15 ans, ce seront 85% des œufs qui seront produits sous les nouveaux modes de production. En 2036, toute la production d’œufs sera transférée des cages conventionnelles aux autres modes d’élevages.

« En réponse aux recherches scientifiques disponibles et à la lumière des nouvelles préférences des consommateurs, je suis heureux que toute l’industrie ait convenu d’un plan de transition ordonnée qui nous permettra de diversifier encore davantage nos pratiques de production », explique le président des Producteurs d’œufs du Canada, Peter Clarke.

En juillet 2013, les Producteurs d’œufs du Canada avaient déjà décidé que tous les poulaillers rénovés ou nouvellement construits après le 31 décembre 2014 devraient être dotés de logements aménagés, octroyant un espace par poule de 750 cm2 (116 po2), ce qui correspond aux normes européennes.

Sensibiliser les consommateurs

Parallèlement à l’annonce de la semaine dernière, les Producteurs d’œufs du Canada souhaitent sensibiliser les intervenants et les consommateurs des avantages de la production en logements aménagés. Les raisons semblent être parfois mal comprises à l’extérieur de l’industrie.

Une étude commerciale de quatre ans de la Coalition for Sustainable Egg Supply a porté sur trois différents types de logements des poules (conventionnels, volière et cages aménagées). Cette étude a démontré la complexité de l’évaluation de différentes méthodes de production.

À lire ou relire :

Quel système alternatif pour pondeuses désirez-vous?

Est-ce mieux les poules en systèmes alternatifs?

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires