Ligne de temps

Quand passer à l’action pour vendre son maïs?

Avec le mauvais temps, les récoltes tardent au Québec. Si on se fit aux dernières prévisions météo, on devrait par contre *enfin* profiter de conditions plus favorables au cours des 2 prochaines semaines, à commencer par les prochains jours.

https://bit.ly/2RMX1uK

Du côté du marché des grains, les dernières semaines (… voire derniers jours) précédant les récoltes sont toujours curieuses dans le marché local. Selon les régions, il reste encore des fonds de silos, dans d’autres non. Certains producteurs forcent la note et commencent le plus rapidement possible à récolter un peu de maïs, ce qui mêle les cartes aussi. Enfin, de leur côté, question de profiter du recul des prix à la récolte, des acheteurs se retrouvent coincés à la dernière minute. Moins de maïs sous la main, et très peu  encore disponible alors que la récolte se fait attendre.

Résultat, nous obtenons un marché en dents de scie. On sait que le prix devrait plonger sous peu, mais ponctuellement, on observe plutôt de brusques hausses «éphémères » des prix. Actuellement, dans le maïs, j’ai entendu ce jeudi 11 octobre des prix à plus de 215-220$ la tonne. Ceci dit, il se peut très bien que si vous faites quelques téléphones, vous n’obteniez pas nécessairement de telles offres. Pourquoi? Surtout parce qu’on parle généralement de petits lots rapidement comblés. Les acheteurs dans le besoin cherchent souvent à compléter leur manque à gagner d’ici à ce que plus de maïs soit disponible… et que les prix reculent pour de bon pour en acheter davantage.

Côté stratégie de commercialisation, j’entends souvent des producteurs me dire que ça vaut la peine de garder un peu de maïs pour ces occasions. Vrai, ça peut valoir la peine. Par contre, au niveau des profits, il y a certains facteurs à considérer. Entre autres-et surtout-le fait de garder du maïs pendant près de 12 mois dans un silo comporte généralement un coût, ne serait-ce que celui d’utiliser une marge de crédit et de payer des intérêts, le temps de vendre son grain. Il y a aussi le risque lié aux pertes dans le silo.

Donc en bout de course, d’un point de vue strictement financier, il n’est pas nécessairement si avantageux de vendre par exemple 215 $ la tonne 12 mois après la récolte. C’est par contre, certainement mieux que 185-190$ à la récolte. Mais il faut tenir compte aussi que ce n’est pas toutes les années qu’on observe des soubresauts très intéressants tout juste avant les récoltes. Parfois, avec une récolte hâtive, les prix plongent très rapidement.

Selon moi, une alternative intéressante demeure. Lorsque c’est possible, bien entendu, on peut forcer la note en début de récolte. Pas de frais d’entreposage, de bons prix, et déjà un pas en devant les autres dans la course à récolter son grain à l’automne.

Dans les prochains jours, on annonce du beau temps. Avant qu’un raz de marée n’inonde les centres de grains et acheteurs, et surtout si vous avez encore du maïs dans vos silos, ça vaut certainement le coup de faire encore quelques téléphones avant d’être emporté pour de bon par la frénésie des récoltes.

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires