200 millions $ pour jeter les bases d’une toute nouvelle politique de la transformation alimentaire

Saint-Hyacinthe (Québec), 18 octobre 2001 – Aux termes d’échanges fructueux menés à l’occasion du Rendez-vous de mi-parcours du Forum sur l’agriculture et l’agroalimentaire québécois, le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry et le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation M. Maxime Arseneau ont posé les jalons conduisant à l’adoption d’une toute nouvelle politique en matière de transformation alimentaire. À cette fin, le gouvernement du Québec a dégagé une somme de près de 200 M$.

Rappelons que dans le cadre de l’élaboration de cette politique, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) a mené une vaste consultation auprès de 700 entreprises et organismes du secteur bioalimentaire, les invitant à s’exprimer sur le contenu de la future politique. Quelque 250 personnes ont participé à cet exercice de consultation et 75 mémoires et témoignages ont été déposés lors des quatre séances publiques, tenues à Matane, Thetford Mines, Saint-Hyacinthe et Rouyn-Noranda, en présence du ministre Arseneau.

« Cette démarche a mis en lumière l’importance de soutenir les grandes entreprises québécoises de transformation afin qu’elles se taillent une place de plus en plus importante sur les marchés internationaux, tout en appuyant le développement d’un plus grand nombre de PME exploitant des marchés spécialisés comme les produits régionaux et les produits fins ou gastronomiques », a affirmé M. Arseneau.

Des objectifs ambitieux

Avec cette nouvelle politique, le gouvernement du Québec appuiera l’industrie alimentaire dans l’atteinte des objectifs qu’elle s’est fixés pour 2005, à savoir :

  • créer 10 000 nouveaux emplois;
  • augmenter d’un milliard de dollars la valeur des exportations de produits alimentaires transformés, pour atteindre 3,5 milliards;
  • accroître de 10 % la part du marché intérieur qu’elle détient actuellement;
  • réaliser des investissements de 450 millions de dollars par année.

Des outils adaptés aux besoins de l’industrie

Les discussions ont permis de cibler les axes prioritaires de la politique, soit de favoriser l’accès aux marchés, d’accroître les investissements ainsi que de stimuler la productivité et l’innovation afin d’augmenter la valeur ajoutée des produits bioalimentaires.

Au chapitre des investissements, les organismes financiers du gouvernement, dont SGF-SOQUIA, Investissement Québec et La Financière agricole du Québec, se sont engagés à adapter leurs interventions aux particularités des PME œuvrant dans le secteur alimentaire et à appuyer davantage les entreprises susceptibles de devenir des leaders sur les marchés canadien et d’exportation. Précisons que ces interventions se feront en complémentarité et avec des critères d’admissibilité plus souples qui permettront un meilleur accès aux outils financiers gouvernementaux. Une somme totalisant 114 M$ sera donc investie par ces organismes.

Le premier ministre Landry a également annoncé la mise sur pied d’un comité chargé de piloter la réalisation de la politique de la transformation et d’assurer la cohésion de l’action gouvernementale dans le domaine. Ce comité sera présidé par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et réunira des membres de l’industrie de la production, de la transformation et de la distribution ainsi que les ministres concernés.

De nouvelles mesures bonifiant l’offre de formation

Le gouvernement mettra en place une première mesure qui doublera l’offre de formation en Technologie de la transformation des aliments. Des places additionnelles seront offertes à compter de septembre 2002 au Cégep régional de Lanaudière et à l’Institut de technologie agroalimentaire de La Pocatière. À l’ITA de La Pocatière se greffera aussi un incubateur d’entreprises agroalimentaires qui servira à la formation des étudiants et au développement industriel. Il s’agit donc d’un investissement total pouvant atteindre les 12,6 M$.

Une seconde mesure permettra de moderniser les équipements utilisés dans le cadre du programme Technologie de la transformation des aliments à l’Institut de technologie agroalimentaire de Saint-Hyacinthe, et l’investissement de 1,4 M$ permettra notamment l’implantation des normes HACCP.

Nomination d’un coordonnateur

De plus, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation nommera un représentant externe chargé d’assurer la coordination de trois chantiers qui seront mis sur pied afin d’étudier et de proposer des solutions aux problématiques particulières ayant été soumises lors du Rendez-vous de mi-parcours. Ces trois chantiers se pencheront sur les sujets suivants :

  • la capitalisation et le financement des coopératives agroalimentaires;
  • l’accès aux marchés;
  • les produits alimentaires de niche et du terroir.

« L’engagement qu’a pris le gouvernement du Québec d’élaborer une politique de transformation alimentaire est une reconnaissance concrète de la place importante qu’occupe cette industrie dans l’économie québécoise. À cet égard, les consultations menées au cours des dernières semaines démontrent que le gouvernement est à l’écoute du secteur agricole et agroalimentaire et illustrent notre volonté de doter l’industrie de la transformation alimentaire des outils qui lui permettront d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés », a conclu le premier ministre.

Avec quelque 60 000 emplois et un chiffre d’affaires de plus de 15 milliards de dollars, le secteur de la transformation alimentaire se situe au premier rang de l’ensemble des secteurs industriels pour ce qui est de l’emploi et de la valeur des ventes.

Le tableau suivant décrit les mesures disponibles pour soutenir la politique de la transformation alimentaire.

MESURES DISPONIBLES POUR SOUTENIR


LA POLITIQUE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE


















 


FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS


Investissement Québec


Augmentation des investissements afin d’atteindre une part équivalente à la contribution de l’industrie (10 %) dans l’économie du Québec.


15 M$


SGF-SOQUIA


Hausse des objectifs d’investissement de 300 M$ (valeur des projets) dans le secteur agroalimentaire et ouverture aux projets de 1 M$ et plus.


75 M$


Financière agricole du Québec 


Création d’une nouvelle filiale pour soutenir les projets d’investissement dans des entreprises en amont et en aval de l’agriculture ainsi que dans des projets de développement régional.


24 M$


Total


114 M$






































 


INNOVATION, FORMATION ET PRODUCTIVITÉ


Ministère de l’Industrie et du Commerce


Part du secteur dans la stratégie visant la compétitivité des entreprises ” Bâtir aujourd’hui l’entreprise de demain “.


8 M$


Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation


Déploiement de conseillers en transformation alimentaire dans les bureaux régionaux du MAPAQ et formation d’une direction de veille, politiques et programmes qui créera au MAPAQ 25 nouveaux postes consacrés exclusivement au secteur de la transformation alimentaire.


6 M$


Ministère de l’Éducation


Cégep régional de Lanaudière – Investissement en immobilisation pour l’implantation du programme Technologie de la transformation des aliments


8,8 M$


Emploi Québec


Région métropolitaine de Montréal – Mise en place d’un réseau d’intervenants répondant aux besoins en matière de formation bioalimentaire dans la région métropolitaine de recensement.


1,3 M$


Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation


ITA de La Pocatière – Mise en place d’un incubateur d’entreprises en transformation alimentaire.


3,8 M$


ITA de La Pocatière – Implantation du programme de Technologie de la transformation des aliments.


2,1 M$


ITA de Saint-Hyacinthe – Modernisation des équipements liés à l’enseignement dans le domaine de la technologie de la transformation des aliments.


1,4 M$


Ministère de la Recherche, de la Science et de la Technologie


Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation


Ministère de l’Éducation


CINTECH Agroalimentaire – Enveloppe réservée pour soutenir le projet d’investissement dans un laboratoire de sous-produits alimentaires à des fins industrielles, en contrepartie d’une contribution en cours d’évaluation par la Fondation canadienne de l’innovation.


3 M$


Ministère de l’Industrie et du Commerce


Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation


Bureau de l’Efficacité énergétique


Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies


Nutraceutiques et aliments fonctionnels – Mise en place d’un fonds de recherche sur les nutraceutiques et les aliments fonctionnels.


2 M$


TOTAL


37 M$


TOTAL DES MESURES ANNONCÉES AUJOURD’HUI


(sur 3 ans)


151 M$












Mesures spécifiques annoncées dans le cadre du dernier budget :


  • Capital régional et coopératif Desjardins : Objectifs visant à s’assurer que 10 % du capital réservé aux PME (60 % de 150 M$ par an) sera consacré à la transformation alimentaire.

  • Appui à la transformation dans les régions ressources.

  • Modernisation des abattoirs de proximité dans les régions ressources.


 


 


27 M$


 


5,7 M$


3,9 M$


TOTAL DES MESURES DU BUDGET


37 M$


GRAND TOTAL


(sur 3 ans)


188 M$

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Cégep régional de Lanaudière

http://www.collanaud.qc.ca

Desjardins

http://www.desjardins.com

Institut de technologie agro-alimentaire de La Pocatière

http://www.italp.qc.ca/

Institut de technologie agroalimentaire de Saint-Hyacinthe

http://ita.qc.ca

La Financière agricole du Québec

http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de la Solidarité sociale

http://www.mss.gouv.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Ministère de l’éducation du Québec (MEQ)

http://www.meq.gouv.qc.ca/

Ministère de l’Industrie et du Commerce

http://www.mic.gouv.qc.ca/index.html

Ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie

http://www.mrst.gouv.qc.ca

Société générale de financement (SGF)

http://www.sgfqc.com

Commentaires