Analyse de sol sans séchage

Lors de leur préparation pour une analyse, les échantillons de sol sont séchés et moulus. Or, il est reconnu que le séchage du sol peut affecter l’extraction et la quantité de certains éléments, comme le potassium (K). Un nouveau laboratoire privé en Iowa offre d’analyser le contenu en nutriments des échantillons de sol humide ou tel que reçus. Plusieurs questions ont été posées au service d’extension de l’Université de l’État de l’Iowa (ISU). Est-ce que ces tests sont valables? Comment interpréter les résultats de ces analyses? Peut-on utiliser les mêmes grilles de fertilisation? Le professeur Antonio P. Mallarino a fait le tour de la question dans un récent article.

Le séchage est une méthode largement utilisée parce qu’il est plus facile de manipuler les échantillons. De plus, cette opération permet d’uniformiser le contenu en humidité pour tous les échantillons. Il faut rappeler qu’en Iowa, des travaux de recherche dans les années 1960 et 1970 avaient démontré que les analyses humides étaient plus précises pour déterminer la quantité de K à appliquer. Par contre, selon les travaux, il n’y avait pas de différence dans les recommandations de Phosphore (P), Calcium (Ca), Magnésium (Mg) pH et pH tampon par rapport aux échantillons secs. Donc, les grilles de fertilisation basées sur des analyses humides ont été largement utilisées dans les années 1970 et 1980. Cette pratique a été abandonnée en 1988, car seul l’ISU utilisait ces grilles.

Le sujet est revenu à l’étude lorsque des essais au champ ont révélé une grande variabilité de contenu en K. De nouvelles recherches ont repris pour déterminer si l’utilisation d’échantillons humides permettait de mieux caractériser les sols. Les résultats de plus de 300 essais ont confirmé cette hypothèse. Le même agent extractant (Mehlich-3) a été utilisé pour toutes les analyses. De façon générale, le K disponible est moins élevé dans les échantillons humides  que dans les échantillons séchés lorsque les niveaux sont bas. L’écart entre les deux analyses se rétrécit au fur et à mesure de l’augmentation de la richesse du sol. Dans le cas des sols riches et très riches, l’analyse humide peut même dépasser le sec. Différentes formations sont prévues dans les prochains mois pour les producteurs américains intéressés par le sujet.

Source : Service d’extension de l’Université de l’État de l’Iowa

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires