Bilan positif des actions de la Filière agroalimentaire du Québec

Québec (Québec), 29 septembre 2000 – Le président de la Filière agroalimentaire du Québec et ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, monsieur Rémy Trudel, a déposé le bilan de la première année (avril 1999 à mars 2000) du plan d’action « Tirer parti d’une nouvelle réalité économique ».

« C’est un bilan positif que je présente aujourd’hui avec les partenaires de la Filière agroalimentaire. Il est le résultat des actions mis en place par l’ensemble des membres de la Filière agroalimentaire du Québec et fait suite au Rendez-vous des décideurs de mars 1999 », a précisé le ministre.

Des objectifs dépassés

Les objectifs nationaux de croissance ont été atteints et même dépassés dans le domaine des exportations et des investissements au Québec. Pour l’année 1999, les exportations de produits agroalimentaires et les investissements à la ferme et à la transformation ont respectivement atteint près de 2,5 et 1 milliards de dollars.

Au chapitre des investissements et des exportations, on constate une très bonne progression. Après deux ans, la performance se situe au-dessus des résultats projetés. En 1999, les investissements agricoles et en transformation ont dépassé le milliard de dollars par rapport à la cible de 950 millions de dollars. Les exportations agroalimentaires ont atteint 2,5 milliards de dollars, soit un dépassement de 100 millions par rapport aux résultats projetés. Quant à l’emploi, le niveau se maintient et sa progression doit être évaluée sur quelques années avant d’établir une tendance.

Dans la foulée de la Conférence de Saint-Hyacinthe de mars 1998, l’ensemble des tables filières agroalimentaires ont complété la définition de leurs objectifs de croissance 1998-2005. Après deux ans, on constate que la majorité de ces secteurs progressent selon les objectifs établis. Enfin, pour appuyer la définition d’objectifs régionaux, l’Union des producteurs agricoles (UPA) a produit en 1999 un outil de référence sur le potentiel commercial de l’agriculture des régions.

Produits du Québec : une présence plus grande dans les magasins

Le projet « Aliments Québec », qui est le fruit d’un partenariat des producteurs, transformateurs, distributeurs et détaillants, a largement dépassé ses objectifs quantitatifs. Ce projet qui vise à promouvoir l’achat d’aliments de chez nous est de plus en plus présent à travers le réseau des magasins d’alimentation. Plus de 700 supermarchés identifient les aliments du Québec, soit le double de l’année précédente. La notoriété du projet chez les détaillants est de 70 %. L’identification dans les circulaires a augmenté de 166 %. Par ailleurs, les investissements indirects des divers partenaires ont été de 2,2 millions de dollars, soit 54 % de plus que les objectifs établis.

Par ailleurs, les distributeurs ont mis sur pied une programmation d’activités en 3 volets, appelée VENDEX, afin de faciliter aux PME agroalimentaires québécoises l’accès à leur réseau. Ainsi, plus de 175 chefs de PME ont participé à une clinique de formation sur la distribution. Quelque 44 PME ont obtenu 170 rendez-vous individuels avec 17 acheteurs de cinq grandes chaînes dans le cadre d’une journée tenue en mai 1999. Après neuf mois, cette journée a permis à 31 PME d’obtenir des ententes pour 246 produits. Un dernier volet sur le soutien promotionnel a permis à six entreprises de réaliser quelque 136 dégustations en magasin. Enfin, l’initiative des distributeurs a permis aux PME participantes d’afficher des ventes additionnelles de 3,2 millions de dollars après seulement neuf mois.

Promotion dans les institutions gouvernementales et sur les marchés d’exportations

La politique du gouvernement visant à favoriser l’achat de produits agroalimentaires québécois auprès des institutions gouvernementales a été renforcée par la mise en place d’un programme de promotion et l’instauration d’une promotion des produits québécois à l’occasion d’événements organisés par le gouvernement. Ainsi, le gouvernement du Québec a rendu visibles, lors de 55 événements officiels réunissant plus de 8 000 personnes, quelque 146 produits provenant de 132 entreprises québécoises ont été inscrits au menu, améliorant la visibilité des produits d’ici.

Des activités promotionnelles destinées aux institutions ont été également mises en place, dont une tournée régionale des acheteurs du réseau institutionnel du gouvernement et la production d’outils d’information sur les aliments du Québec.

Le programme Horizon Export a permis d’appuyer jusqu’à maintenant quelque 28 projets de développement des exportations impliquant plus de 200 entreprises. Le montant des aides consenties s’élevait à 2,5 millions de dollars au 31 mars 2000. Deux millions et demi de dollars ont été accordés à ces projets qui, selon les promoteurs, généreraient des retombées estimées par les promoteurs à 225 millions de dollars en ventes additionnelles à l’exportation.

Journée portes ouvertes sur la mise en marché collective

En novembre 1999, une journée portes ouvertes sur la mise en marché collective a été organisée sur l’initiative de l’UPA avec la collaboration de la Filière agroalimentaire. Plus de 300 personnes ont participé à cette journée, laquelle a permis aux intervenants de chacun des maillons de l’industrie d’acquérir des connaissances sur le sujet et d’échanger sur les perspectives d’avenir.

Pour la deuxième année, on garde le cap !

À la lumière du travail accompli et des résultats obtenus, monsieur Trudel a exprimé sa confiance dans l’atteinte des objectifs de croissance que se sont fixés les partenaires de l’agroalimentaire d’ici l’an 2005. « Tout le Québec en tirera des bénéfices puisque l’industrie agroalimentaire québécoise représente 400 000 emplois, soit un emploi sur neuf. Devant le dynamisme de l’ensemble des partenaires, tous les espoirs sont permis pour la prochaine année », a indiqué monsieur Trudel.

Rappelons que ce bilan s’ajoute au bilan positif du plan d’action sur l’agroenvironnement, issu également du Rendez-vous des décideurs de mars 1999, qui a été déposé au ministre Trudel en juin dernier. Ce plan d’action vise à s’assurer que la croissance du secteur se fasse dans le respect de l’environnement. « Nos objectifs de croissance doivent nécessairement être réalisés dans une perspective de développement durable, ces deux priorités ne pouvant être dissociées », a conclu le ministre Trudel.

Les membres de la Filière agroalimentaire du Québec sont l’Union des producteurs agricoles, la Coopérative fédérée de Québec, l’Association des manufacturiers de produits alimentaires du Québec, le Conseil canadien de la distribution alimentaire, l’Association des détaillants en alimentation et les Tables de concertation agroalimentaires régionales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Conseil canadien de la distribution alimentaire (CCDA)

http://www.ccgd.ca/

Coopérative Fédérée de Québec

http://www.coopfed.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires