Chrétien, le caniche de Bush à l’OMC dans le dossier des OGM selon Greenpeace

Montréal (Québec), 13 mai 2003 – Le gouvernement Bush vient d’annoncerà l’Organisation mondiale du commerce qu’il entamait des poursuites juridiquescontre l’Union européenne (UE) concernant le moratoire sur les cultures OGM(organismes génétiquement modifiés). L’Argentine et le Canada appuient cette requête adressée à l’OMC. Greenpeace condamne vivement l’alignement du Canada sur la position américaine. Les Etats-Unis, l’Argentine et le Canada sont lestrois plus grands producteurs d’OGM au monde. Ils totalisent 95% dessuperficies cultivées.

« Il n’est pas surprenant que les Etats-Unis qui produisent 66% descultures OGM dans le monde tentent de forcer l’ensemble de la planète àcultiver et bouffer des OGM. Ce qui est plus attristant, est que le Canada(qui ne représente que 6% des cultures OGM), suive, comme un petit caniche,l’initiative belliqueuse et conquérante des Américains », déclare Eric Darier,responsable de campagne OGM pour Greenpeace.

« Au lieu de dépenser l’argent des contribuables canadiens dans unepoursuite contre les européens à l’OMC, Jean Chrétien ferait mieux de mettreen place un système rigoureux pour la biosécurité tel que recommandé,notamment et en vain, par la Société royale du Canada en février 2001. JeanChrétien pourrait également faire adopter l’étiquettage obligatoire desaliments contenant des OGM, comme le réclament, depuis de nombreuses années,plus de 90% des Canadiennes et Canadiens. Depuis plus de trois ans, songouvernement tente d’instaurer l’étiquetage “volontaire” sur lequel aucune desparties ne s’entend », affirme Eric Darier.

« La poursuite juridique déposée à l’OMC par les Etats-Unis, soutenue parle Canada, est une tentative pour camoufler l’échec commercial des politiquesétatsuniennes et canadiennes en faveur de la dissémination des culturesgénétiquement modifiées à travers le monde. Le Canada devrait plutôt serallier à l’application du principe de précaution adopté par les Européens »,de conclure Eric Darier.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Commentaires