Conclusion de l’enquête sur le cas d’ESB détecté le 2 janvier

Ottawa (Ontario), 22 janvier 2005 – L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a annoncé la conclusion de l’enquête sur le cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) détecté le 2 janvier 2005.L’enquête a permis de retracer entièrement la cohorte des naissances, la progéniture née récemment et les aliments du bétail qui auraient pu être utilisés pour nourrir l’animal infecté durant les premières années de sa vie.

Neuf animaux faisant partie de la cohorte des naissances ont été soumis àdes tests de dépistage de l’ESB dont les résultats se sont révélés négatifs.Un autre animal faisant partie de la cohorte de naissances avait déjà étésoumis à un test en novembre dernier et avait été déclaré exempt de l’ESB. Laplupart des autres animaux avaient déjà été déclarés morts ou abattus.

Selon Santé Canada, le risque pour la salubrité des aliments que posentles animaux faisant partie de la cohorte de naissances abattus avant 2003devrait être considéré comme extrêmement faible. La prévalence de l’ESB enAmérique du Nord est faible et la grande majorité des animaux abattus auCanada sont de jeunes vaches qui couraient très peu de risques de développerla maladie à un niveau infectieux. Tout le bétail présentant des symptômes del’ESB a été, et continue d’être, écarté du circuit alimentaire. En ce quitouche le risque que présente la cohorte des naissances, la recherche àl’échelle internationale montre qu’il est rare que plus d’un cas d’ESB soitdétecté au sein d’une même cohorte de naissances.

L’enquête sur la progéniture nous a permis de conclure que tous les veauxvisés par l’enquête étaient morts de causes non liées à l’ESB. Quant àl’enquête sur l’alimentation de l’animal, elle a confirmé que l’animal infectéavait été exposé à des aliments contenant de la farine de viande et d’os issuede ruminants qui avaient été fabriqués avant l’interdiction frappant lesaliments du bétail mise en place en 1997.

La capacité du Canada à mener rapidement à terme une enquête approfondietenant compte de toutes les pistes possibles démontre clairement l’efficacitédes systèmes de lutte contre l’ESB en place. Cette rapidité d’interventiontémoigne également de l’engagement du Canada à l’égard de la gérance de lasalubrité des aliments et de la rigueur du système de tenue des dossiersqu’utilisent les éleveurs bovins et les représentants de l’industrie qui ontcontribué à l’enquête.

L’enquête sur le cas confirmé le 11 janvier est en cours. Les résultatsde tests effectués sur 33 animaux faisant partie de la cohorte de naissancesont révélé que ces animaux étaient exempts de l’ESB.

L’Agence va revoir l’application de la mesure d’interdiction frappant lesaliments du bétail en vigueur au Canada. Le processus est en cours et unrapport des résultats sera diffusé d’ici la fin de février.

A compter de la semaine du 24 janvier, des représentants du départementde l’Agriculture des Etats-Unis et de la Food and Drug Administrationexamineront également les mesures de contrôle mises en place au Canada àl’égard des aliments du bétail. Les travaux seront effectués, dans la mesuredu possible, parallèlement à l’examen mené par l’équipe canadienne, mais lesdeux processus ne seront pas directement liés.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Santé Canada
http://www.hc-sc.gc.ca

Commentaires