Consommation des aliments en 2003

Ottawa (Ontario), 14 octobre 2004 – Les Canadiens intègrent plus de fruits à leur alimentation. Bien que les variétés traditionnelles de fruits et de légumes demeurent les plus populaires, les produits tropicaux et étrangers se taillent une place parmi les fruits et les légumes consommés.

Les Canadiens continuent d’augmenter leur consommation de fruits, en particulier de fruits frais. Même s’ils consomment toutes sortes de fruits, ils préfèrent toujours les bananes, les pommes et les oranges. La consommation d’ananas a triplé au cours des 10 dernières années et elle dépasse actuellement celle des pêches, qui sont cultivées dans certaines régions du Canada.

En 2003, chaque Canadien a consommé en moyenne 77 kg de légumes frais, presque la moitié étant des pommes de terre. La laitue, les carottes, les oignons et les tomates venaient ensuite, mais, ensemble, ces légumes représentaient juste plus de la moitié du volume de pommes de terre consommé.

Les Canadiens intègrent continuellement de nouveaux légumes à leur alimentation. En un peu plus de 15 ans, leurs habitudes alimentaires ont changé : chaque Canadien consomme maintenant presque un demi kilogramme de chou chinois par an, autant que la consommation de radis et près de trois fois celle de pois frais.

La consommation de jus a légèrement diminué par rapport à 2002, mais elle demeure à environ 25 litres par Canadien. Le jus de choix demeure le jus d’orange (12,4 litres), les Canadiens en consommant près de deux fois plus que le jus de pomme, le deuxième jus préféré.

La consommation de poisson a diminué légèrement en 2003, où elle a atteint 6,9 kg. Même s’il s’agit d’une bonne source de protéines, le poisson est faible en gras saturés. Lorsque les Canadiens ont le choix entre la viande rouge, la volaille et le poisson, c’est le poisson qu’ils consomment le moins. Toutefois, les campagnes de marketing et de promotion et l’offre de produits commodes et faciles à préparer sont des facteurs qui contribuent à la croissance de la consommation de poisson.

Bien que les Canadiens aient réduit leur consommation de margarine, l’ingestion globale d’huiles et de gras continue d’augmenter, à la faveur de l’utilisation croissante d’huiles à salade et d’huiles de friture par les ménages ou les établissements de restauration dans les vinaigrettes, les produits frits et les produits de boulangerie. Les huiles et les gras fournissent un apport en lipides essentiels et en vitamine E, mais ils sont aussi riches en calories.

En général, la consommation d’aliments tend vers la hausse au fil des ans. Par le fait même, la quantité d’énergie consommée par les Canadiens continue de grimper peu à peu. La consommation calorique gagne entre 1 % et 3 % d’une année à l’autre depuis 1993. Étant donné l’augmentation de la consommation globale d’aliments, l’ingestion d’un grand nombre de vitamines et de minéraux, qui jouent un rôle important dans le bon fonctionnement du corps, a aussi augmenté.

Le numéro de 2003 de Statistiques sur les aliments, vol. 3, no 2 (21-020-XIF, gratuit) est maintenant accessible en ligne. À la page Nos produits et services, sous Parcourir les publications Internet, choisissez Gratuites, puis Agriculture.

Des renseignements plus détaillés sont fournis dans le CD-ROM Statistiques sur les aliments au Canada (23F0001XCB, 81 $ / 129 $), qui sera en vente sous peu. Il s’agit d’un système convivial qui donne accès à un large éventail de données, de rapports préétablis et d’articles sur les aliments et sur l’industrie de l’alimentation.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires