Des chiffres inquiétants pour la main-d’œuvre agricole

Les sondages auprès des entreprises montrent peu de progrès quant à l’embauche

Avec un taux de chômage historiquement bas et une pénurie de main-d’œuvre, trouver des employés est un casse-tête pour plusieurs entreprises. La question est d’ailleurs un enjeu pour de nombreuses agricoles depuis plusieurs années où l’embauche, la formation et la rétention des employés sont déjà difficiles.

La société AgCareers qui offre des services de ressources humaines liés à l’agriculture dans de nombreux pays (Canada, Australie et États-Unis) a fait part de chiffres peu encourageants quant à la situation de la main-d’œuvre. Elle a signalé lors d’une récente conférence internationale, Alltech, que les chiffres de son récent sondage n’avaient jamais été aussi élevés. Elle recense les entreprises en agricultures depuis 12 ans.

Articles connexes

Les préoccupations de ces entreprises sont nombreuses :

  • 71% des employeurs sont en concurrence entre eux pour recruter les meilleurs employés et ont éprouvé de la difficulté à l’embauche.
  • 57% s’inquiètent au sujet de la formation et du développement des employés
  • 47% s’inquiètent au sujet de la compensation
  • 32% s’inquiètent des écarts générationnels en milieu de travail

Les employeurs veulent engager, selon le sondage, mais rapportent de nombreuses difficultés communes :

  • 63% des gens qui appliquent pour un emploi n’ont pas les qualifications requises
  • 60% des entreprises ont reçu moins de propositions de cv
  • 48% des propositions reçues pour les emplois n’affichaient pas l’expérience demandée
  • 16% des propositions ne possédaient pas le niveau de scolarité demandé
  • 7% ont cité d’autres difficultés

Plus de la moitié des entreprises interrogées envisagent de recruter davantage de diplômés d’ici un à cinq ans, contre 41% en 2017.

Un grand nombre de ces nouvelles recrues sont âgées de 23 à 38 ans, une génération appelée milléniaux ou Y.

Ils constituent le groupe le plus important au sein de la population active, dépassant de loin les baby-boomers qui sont sur le point de prendre leur retraite.

Cette génération affiche un d’endettement étudiant plus élevé, des revenus plus faibles ainsi que moins d’actifs que toute autre génération précédente. Cependant, ils sont férus de technologie, connaissent les médias sociaux, peuvent être collaboratifs et enthousiastes, selon AgCareers.

Lorsque les membres de la génération Y cherchent un emploi, ils veulent savoir comment ils en bénéficieront maintenant. La génération des milléniaux veut savoir que le patron n’est pas uniquement axé sur le profit. Ils veulent travailler pour quelqu’un qui fait preuve de responsabilité sociale, de diversité culturelle, de mentorat, de mobilité et de flexibilité. Beaucoup sont parents pour la première fois et veulent un bon équilibre travail-famille.

Source: Barbara Duckworth, Farmtario

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires