Des microbes pour catapulter la productivité des sols

Inocucor, une petite entreprise de l’Estrie, est en train de frayer son chemin chez les géants fournisseurs d’intrants. Sa plate-forme technologique repose sur un accélérateur biologique, composé de champignons et de bactéries, qui stimule l’interaction entre la semence et les micro-organismes du sol.

« Actuellement, les sols fertiles contiennent plus de 25 000 espèces de microbes par gramme de sol, tandis que les sols épuisés ne contiennent approximativement que 20 % des espèces. Une chose est sûre : la présence de nombreuses espèces en grande quantité avec un équilibre entre champignons et bactéries est essentielle pour des sols productifs. », explique Dre Margaret Bywater–Ekegärd, une des deux cofondatrices de la jeune compagnie créée en 2007.

Selon des résultats d’essais réalisés en 2014 à l’université Clemson de la Caroline du Sud, le produit mis au point par Inocucor a augmenté le rendement du brocoli de 38 %, par rapport aux résultats des parcelles témoins. Des parcelles expérimentales sont en cours de réalisation pour d’autres produits à forte valeur ajoutée tels que les tomates, les framboises et les melons.

Le produit testé est fabriqué à Frelighsburg dans un contexte où le secteur des produits agricoles biologiques connaît une croissance phénoménale de 20 % par année, passant de 3 milliards $ en 2014 à 7,5 milliards $ en 2020. Inocucor bénéficie de l’expérience d’ex-conseillers de Monsanto et de Bayer CropScience pour développer son marché.

 

à propos de l'auteur

Journaliste, photographe et agroéconomiste

Nicolas Mesly

Nicolas Mesly est agroéconomiste, journaliste et photographe spécialisé dans les enjeux agroalimentaires. Il couvre les grandes cultures pour Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires