Des projets subventionnés dans le cadre de la stratégie de gestion environnementale pour l’industrie du porc

Ottawa (Ontario), le 30 mai 2000 – « Nous sommes fiers aujourd’hui de dévoiler les résultats obtenus de quelque vingt projets de recherche et de transfert de technologie que le Conseil canadien du porc (CCP) et ses organismes membres provinciaux, en collaboration avec Agriculture et Agroalimentaire Canada, ont subventionné, dans le cadre de la Stratégie de gestion environnementale pour l’industrie porcine (SGEIP) », a déclaré M. Edouard Asnong, président du Conseil canadien du porc.







Après moins d’une année, le CCP et ses huit organismes membres provinciaux ont conçu une stratégie en matière de recherche et de transfert de technologie, et ils ont mis en place une structure administrative d’évaluation par les pairs.


Au mois d’avril 1998, l’honorable Lyle Vanclief, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, a annoncé à Toronto, lors de l’atelier sur la SGEIP, que le gouvernement fédéral s’engageait à verser un montant de un million de dollars, soit le même montant investi par l’industrie, pour des projets cadrant dans la stratégie de l’industrie porcine au Canada qui vise une production porcine respectueuse de l’environnement.

Après moins d’une année, le CCP et ses huit organismes membres provinciaux ont conçu une stratégie en matière de recherche et de transfert de technologie, et ils ont mis en place une structure administrative d’évaluation par les pairs. Des quelque cinquante propositions reçues, vingt ont été approuvées.

« Nous sommes heureux de mettre à la disposition du public des versions abrégées des rapports de ces projets dont la réussite est confirmée », de dire M. Asnong. On peut se procurer un exemplaire de ces rapports en faisant la demande au bureau national du Conseil canadien du porc, mais les rapports paraissent aussi en version électronique sur le site Web du CCP (http://www.canpork.ca/symposium_de_la_sgesp_1999.htm).

Les projets, dans le cadre de la SGEIP ont touché à divers secteurs, dont les techniques d’élimination des odeurs et des gaz, les méthodes de traitement du fumier et les systèmes de conservation de la qualité de l’eau et des sols. Lors de la réalisation de ces projets, on a recueilli des renseignements sur les conséquences que peut avoir la production porcine sur l’hygiène public et on a élaboré des lignes directrices et des stratégies que les organismes représentant les producteurs de porc et les municipalités pourront utiliser lorsqu’ils conçoivent des plans d’avenir et des stratégies de communication avec le public.

« Nous félicitons Agriculture et Agroalimentaire Canada d’avoir collaboré avec les organismes représentant l’industrie porcine, afin de déterminer les priorités en matière de recherche et de transfert de technologie, et d’avoir consacré des fonds à bon escient qui ont permis d’obtenir des résultats positifs. Nous envisageons avec plaisir de continuer a collaborer avec le gouvernement fédéral en ce sens », d’ajouter M. Asnong.

M. Asnong a aussi remercié l’industrie, le gouvernement et le personnel universitaire de l’importante contribution qu’ils ont apportée au Comité multipartite sur la recherche porcine, dont l’intérêt et l’expertise ont été essentiels à la crédibilité et au succès des projets dans le cadre de la SGEIP.

Le CCP a aussi reconnu l’importance des travaux effectués au sein d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, dans le cadre de la SGEIP, incluant l’atelier du mois d’avril 1998. De plus, l’Administration du rétablissement agricole des Prairies (ARAP) a mis au point un système permettant de classer les sols et les écopaysages en sept groupes de gestion des sols et ce, à partir de trois facteurs-ressources, soit les eaux souterraines, les eaux de surface et le nitrogène.

L’industrie porcine au Canada produit quelque trois milliards de dollars de recettes monétaires agricoles et lorsqu’on inclut les activités à valeur ajoutée de la transformation et de la distribution, sa contribution à l’économie canadienne se chiffre à près de dix milliards de dollars. Le porc est le produit agricole transformé le plus important en matière de valeur à l’exportation, soit plus de un milliard et demi de dollars l’an dernier.

Le Conseil canadien du porc est la fédération nationale des organismes provinciaux du secteur du porc et il représente les intérêts des producteurs de porc à l’échelle nationale et internationale.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Conseil canadien du porc (CCP)

http://www.canpork.ca/

Commentaires