Du riz génétiquement modifié au lieu d’injections régulières d’insuline

Tokyo (Japon), 14 mai 2003 – Des laboratoires japonais et un institut public ont annoncé avoir développé une variété de riz génétiquement modifié dont la consommation dispenserait les diabétiques de leurs injections régulières d’insuline en favorisant l’auto-production de cette hormone cruciale.

Cette nouvelle variété a été développée par l’Institut national des sciences agrobiologiques (NIAS), la firme Japan Paper Industries et l’institut de recherche Sanwa Kagaku.

C’est la première fois au monde qu’un aliment est développé comme traitement efficace pour les diabétiques, a affirmé Fumio Takaiwa, chef de l’équipe de recherche du NIAS.

Le diabète est caractérisé par un excès chronique et toxique de sucre dans le sang en raison d’une sécrétion insuffisante d’insuline par le pancréas.

Plus de 150 millions de personnes sont diabétiques à travers le monde, dont 17 millions aux Etats-Unis. L’affection peut causer une perte progressive de la vue, des problèmes rénaux et parfois la mort.

La nouvelle variété de riz contient un taux élevé d’une autre hormone, GLP-1, qui aide le pancréas à produire de l’insuline.

La découverte « est historique parce qu’elle permettra de manger l’aliment de base au Japon, d’accroître la sécrétion d’insuline et d’abaisser le niveau de glucose dans le sang » des diabétiques de type 2 (diabète apparaissant à l’âge adulte souvent à cause de problèmes d’obésité), ont indiqué les trois partenaires japonais.

Ils ont calculé qu’un plat de riz normal (environ 150 grammes) à chaque repas devrait suffire à contrôler le niveau de glucose des diabétiques, qui sont 6,9 millions au Japon.

Ce riz pourrait être commercialisé d’ici deux ou trois ans, mais Takahito Jomori de Sanwa Kagaku a estimé que cela pourrait prendre davantage de temps.

« En plus de la législation nationale sur la culture du riz, il pourrait y avoir un problème d’acceptation par le public d’aliments génétiquement modifiés », a-t-il dit.

Les zones où des aliments génétiquement modifiés peuvent être cultivés sont en outre limitées au Japon et il est possible que ce riz doive être produit à l’étranger, par exemple aux Etats-Unis, selon M. Jomori.

Source : AFP

Commentaires