Exportations au Mexique facilitées

Ottawa (Ontario), 5 septembre 2001 – Grâce à un nouveau service financé par les gouvernements fédéral et provinciaux, il sera plus facile pour l’industrie agricole et agroalimentaire canadienne d’exporter des produits au Mexique.

À l’heure actuelle, le Mexique possède un régime d’importation plutôt compliqué et faire franchir la frontière aux produits canadiens peut présenter des difficultés. On estime que certaines difficultés découlent de l’incertitude des exportateurs canadiens quant aux exigences de dédouanement. De plus, il arrive parfois que les exportateurs et les représentants mexicains interprètent ces exigences différemment.

En vertu du nouveau service à l’intention des exportateurs canadiens, qui revêt la forme de projet pilote mené conjointement par le gouvernement fédéral et les gouvernements du Québec, de l’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l’Alberta, une personne-ressource à temps plein est en poste à la frontière afin d’aider les compagnies canadiennes à être bien préparées à répondre aux exigences mexicaines. En outre, cette personne aidera à faire en sorte que les difficultés qui surviennent soient aplanies rapidement et que les biens canadiens passent la frontière plus aisément.

Dans le cadre du projet, on a fait appel aux services de M. Luis A. Pérez Benitez, avocat possédant beaucoup d’expérience en consultation auprès des sociétés canadiennes faisant affaires au Mexique.

En poste à plein temps à Nuevo Laredo (Mexique), le deuxième poste frontalier le plus achalandé des Amériques, M. Pérez offrira des services et de l’information aux exportateurs canadiens des cinq provinces susmentionnées. Les entreprises pourront, par exemple, le consulter avant l’expédition des produits pour s’assurer que tous les documents sont en ordre et il sera sur place pour régler tout problème si un produit est bloqué à la frontière.

M. Pérez entretiendra également de solides relations de travail avec le gouvernement mexicain et les autres autorités frontalières. Ces relations de travail devraient favoriser des communications plus efficaces et permettre de régler sur-le-champ les problèmes de dédouanement que rencontrent les exportateurs de produits agroalimentaires à Nuevo Laredo et à d’autres postes frontaliers du Mexique.

Des séances d’information auront lieu dans chacune des cinq provinces participantes cet automne. Les exportateurs canadiens du secteur agroalimentaire y recevront des conseils sur la façon d’utiliser au mieux les services du nouveau représentant et sur l’exportation de produits vers le Mexique. On vise à élargir le projet pilote au cours du prochain exercice et à mettre les services frontaliers à la disposition de tout le pays.

Le Mexique est devenu l’un des plus grands et des plus importants marchés pour les produits agroalimentaires canadiens. Malgré les possibilités de croissance offertes par ce marché, l’industrie agroalimentaire connaît encore des difficultés techniques tout spécialement en ce qui a trait aux produits alimentaires transformés.

Depuis la mise en oeuvre de l’ALÉNA, le commerce agroalimentaire entre les deux pays a augmenté de 88 pour cent, totalisant plus d’un milliard de dollars l’an dernier. On prévoit éliminer les tarifs sur la plupart des produits faisant l’objet d’un commerce entre le Canada et le Mexique d’ici le 1er janvier 2003, ce qui élargira notablement les possibilités de vendre des produits agroalimentaires canadiens dans ce pays.

Commentaires