France : Les comptes de l’agriculture pour 2005

Paris (France), 26 juin 2006 – La Commission des comptes de l’agriculture de la Nation s’est réunie le 26 juin 2006 pour examiner les comptes provisoires de l’agriculture française de 2005.

Elle a révisé à la hausse ses précédentes estimations datant de décembre dernier, du fait d’une estimation plus précise des prix viticoles et du fait d’une révision à la hausse du montant des aides du gouvernement aux exploitants ayant souffert de la sécheresse en 2005.

Le résultat agricole par actif, indicateur retenu pour les comparaisons européennes diminue de 6,5 % en termes réels en 2005. Cette baisse se retrouve dans la grande majorité des pays européens (- 5,6 % pour l’ensemble de l’Union à 25). Ce résultat global recouvre une grande diversité de situations. La viticulture pèse particulièrement lourd dans ces résultats. Hors viticulture, la baisse du résultat agricole net par actif s’établit alors à 1 %.

Le revenu net d’entreprise agricole, solde final de l’activité agricole de l’année, diminue de 13 %. Son recul en 2005 dû à la baisse en volume de la production végétale du fait de la sécheresse. Il doit être mis en regard du niveau élevé des productions de l’année 2004. Les effets de la hausse des coûts de production liée au prix des produits pétroliers ont également pesé sur le revenu. Le prix des engrais a augmenté de 6,6 % et celui du fioul domestique de 26 %. Cette dernière augmentation aurait été de dix points supérieure sans la mesure de réduction de 5 centimes par litre de la TIPP accordée aux agriculteurs.

La baisse de revenu a été particulièrement marquée (- 56 %) pour la viticulture qui a connu une période de prix bas en début de campagne et un recul de 10 % de la récolte.

Le revenu recule également en arboriculture fruitière (- 18,8 %) avec des prix en baisse après une tendance positive au cours des années précédentes. En revanche, la situation a été meilleure en maraîchage (+ 4,9 %) grâce à des prix en hausse après une mauvaise année 2004. En élevage bovin, le revenu net d’entreprise progresse de 8,7 %. Il se redresse nettement pour l’élevage hors sol (+ 30,1 %) grâce à l’amélioration des cours du porc et à la baisse des prix de l’alimentation animale mais après des résultats faibles au cours des années précédentes.

Les concours publics à l’agriculture, qui regroupent l’ensemble des soutiens, directs et indirects aux activités agricoles et aux territoires ruraux, sont estimés à 16,5 milliards d’euros en 2005. Ils progressent de 1,5 %. Les dépenses en faveur du développement rural progressent de 5,3 % grâce à la majoration des indemnités compensatrices de handicap naturel.

En 2005, le solde du commerce extérieur agroalimentaire, avec 7,9 milliards d’euros (- 200 millions d’euros par rapport à 2004) se maintient dans un contexte de dégradation des échanges extérieurs totaux de notre pays (dont le solde passe de + 4,1 milliards d’euros en 2004 à – 16,3 milliards en 2005 pour l’ensemble des biens et services). Les exportations de produits agro alimentaires progressent en volume davantage que les importations (respectivement + 3,7 % et + 2,8 %) mais les rapports de prix se dégradent.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture et dela pêche de la France
http://www.agriculture.gouv.fr

Commentaires