Hong Kong abat plus d’un million de poulets atteints de grippe

Hong Kong (Chine), 19 mai 2001 – Des dizaines de milliers de poulets, cailles et pigeons vivants ont été rassemblés et gazés à Hong Kong, dans le cadre d’un plan de destruction de 1,2 million de volailles, destiné à éradiquer une nouvelle épidémie de grippe du poulet.

« Pour l’instant, notre tâche urgente est de détruire tous les poulets et de nettoyer les marchés », a déclaré la secrétaire à l’Environnement et à l’Alimentation, Lily Yam, au terme de l’inspection d’un marché. « La prochaine étape constituera à revoir l’ensemble de nos mesures de prévention et de surveillance ». Selon Mme Yam, l’ensemble de l’opération durera six semaines et coûtera plus de 10 millions de dollars.

Une cinquantaine d’employés des service sanitaires vêtus de combinaisons, de masques et de gants blancs ont utilisé du dioxyde de carbone pour asphyxier 43.500 volailles dans le marché de gros de Hong Kong samedi matin. Les carcasses ont été entassées dans des sacs en plastique et jetées aux ordures. Outre des abattages similaires dans les 64 marchés de détail de Hong Kong, les étals de vente de volaille vont également être fermés pour permettre la réalisation des opérations d’abattage, de désinfection et de contrôle sanitaire.

Les vendeurs de volailles en gros ont critiqué les autorités pour ne pas les avoir consultés sur la décision de procéder à l’abattage de toutes les volailles dans les marchés, se pls les volailles adultes se trouvant dans les fermes vont aussi être éliminées dans les quinze jours à titre préventif.

Les autorités de Hong Kong ont affirmé qu’à la différence de l’épidémie de 1997, qui avait fait six morts et conduit à la destruction de tous les 1,4 millions de poulet du territoire, le virus de la grippe du poulet n’a pas affecté les humains. Elles ont cependant remarqué qu’une vaste opération d’abattage était une précaution nécessaire.

D’autres pays asiatiques ont pris des mesures pour interdire ou placer en quarantaine les volailles en provenance de Hong Kong, où des centaines de volatiles ont succombé à la grippe cette semaine.

Les autorités de Macao ont aussi entrepris d’abattre les volailles et ont suspendu les importations en provenance de Chine continentale après la découverte de cas de grippe du poulet.

Quant aux responsables de Taiwan, ils ont accru leurs contrôles sur les voyageurs en provenance de Hong Kong et demandé aux éleveurs de placer des filets autour de leurs exploitations pour éviter que des oiseaux migrateurs ne propagent l’épidémie.

Le gouvernement japonais a décrété un embargo sur les importations de volailles de Hong Kong vendredi.

Source : AP

Commentaires