DERNIÈRE INFOLETTRE

Ligne de temps

Journée technique au Club Action Semis direct

Les producteurs de grandes cultures ont profité d’un programme diversifié et pertinent lors de la journée technique du Club action semis direct, qui s’est tenue à Upton le 24 janvier dernier.

Une culture réservée aux régions froides, le canola? Fausse perception, soutient Denis Ruel, du MAPAQ-Centre du Québec. L’agronome estime que le canola offre un potentiel intéressant même en Montérégie. Il amène en preuve un projet pilote réalisé entre 2009 et 2011 dans le Centre-du-Québec. « Les producteurs y ont obtenu en moyenne des rendements intéressants, et ce, bien qu’ils n’avaient pour la plupart aucune expérience dans la culture du canola », constate-t-il.

Denis Ruel voit un autre signe positif dans les résultats d’essai du Réseau Grandes Cultures du Québec (RGCQ disponibles ici). On y constate en effet que les essais réalisés à Beloeil ont donné des résultats du même niveau que ceux effectués dans d’autres régions. En somme, le conseiller fait sienne la conclusion du projet pilote : « Bien intégré dans un plan de rotation et de diversification des cultures, cette production pourrait tirer son épingle du jeu pour améliorer la profitabilité des entreprises. »

Connaître la quantité exacte d’azote disponible dans le sol s’avère important du point de vue économique et au plan environnemental. On le mesure traditionnellement avec le Nitrachek 404MD. Or, une autre technologie a fait son apparition récemment : le SoilsScan 360MD. Finissant en agronomie à l’Université McGill, Louis-Philippe Dessureault a réalisé un essai afin de vérifier si les résultats des deux méthodes concordent. Son constat est clair : absolument pas! La nouvelle technologie fournit des mesures considérablement plus basses que celles de la technologie traditionnelle. « Dans ces conditions, jusqu’à preuve du contraire, il vaut mieux se fier au Nitrachek 404, raisonne Louis-Philippe Dessureault. Mais ce serait utile de vérifier s’il ne surestime pas jusqu’à un certain point les quantités d’azote. »

L’agronome et conseillère Odette Ménard, du MAPAQ-Montérégie-Est, se tient à l’affût des projets expérimentaux sur la santé des sols réalisés ailleurs. Elle a fait état, entre autres, d’une étude qui compare l’effet de différents systèmes culturaux sur la santé du sol, celle-ci étant évaluée par le niveau d’activité biologique, le taux de matière organique et la structure du sol. La conseillère a également rapporté les résultats d’un projet qui a fait appel à des plantes de couverture pour remonter près de la surface du sol l’azote emporté en profondeur par les pluies.

Se déplaçant de l’Université Cornell, dans l’État de New York à l’Université de l’État de Pennsylvanie en passant par l’Université de l’État du Maryland, le survol d’Odette Ménard a rappelé que la santé des sols constitue une priorité dans l’ensemble du continent.

à propos de l'auteur

Journaliste

André Piette est un journaliste indépendant spécialisé en agriculture et en agroalimentaire.

Commentaires