Ligne de temps

La Caisse de dépôt se prononce pour la prochaine année

Hausse des taux d’intérêt, dévaluation du dollar canadien et renforcement de l’économie américaine: quelques une des prévisions de la CDP pour 2015.

La Caisse de dépôt et placement (CDP) du Québec a présenté lors d’une webdiffusion ses pronostics économiques de l’économie mondiale pour 2015. De quoi sera fait la prochaine année?

Yanick Desnoyers, chef économiste adjoint à la CDP du Québec, a surtout insisté sur le fait que la reprise économique ne sera pas généralisée à l’ensemble de la planète. Si la locomotive américaine semble réellement remise sur les rails, l’Europe peine encore à se remettre, plus de six après la crise budgétaire de pays membres de l’Union européenne. Les perspectives sont également modestes pour le Brésil qui doit composer avec une forte inflation. Le Japon a également indiqué que le pays était officiellement en récession. L’Inde et la Chine demeureront toutefois des incontournables pour 2015, même si l’économie chinoise ralentit, en raison de son poids de deuxième économie mondiale.

Les États-Unis, le principal partenaire économique du Canada avec 70% des exportations canadiennes traversant les frontières vers le sud, devrait connaître une croissance de 3% en 2015. L’économiste a indiqué comme preuve de la reprise de l’économie américaine l’amélioration du marché de l’emploi avec un chômage sous la barre des 6%. Avec des salaires en hausse depuis les six derniers mois, M.Desnoyers s’attend à une hausse des taux d’intérêt après six ans de pause. Selon l’économiste, la Réserve fédérale devrait hausser ses taux dans la deuxième partie de 2015.

Le Canada devrait emboîter le pas avec une hausse des taux d’intérêt, mais seulement en fin d’année puisque les pressions inflationnistes n’auront pas le même poids au pays. L’attrait de l’économie américaine devrait aussi mener à une dévaluation du dollar canadien. La baisse de notre devise devrait donc se poursuivre pour se situer aux alentours de 84 à 85 cents américains. La situation avantagera les exportateurs. Les exportations vers les États-Unis ont d’ailleurs déjà commencé à progresser. Dans ces conditions, le PIB au Canada devrait augmenter de 2% dans la prochaine année.

M.Desnoyers a brièvement évoqué l’accord de libre-échange avec l’Europe. Il a souligné la morosité de certains marchés européens où l’économie tourne au ralenti. Les dépenses des consommateurs sont aussi limitées puisque ces derniers usent de prudence dans des conditions économiques difficiles, dont en France. L’Espagne et la Grèce sont aussi dans la même situation.

L’économiste a d’ailleurs averti que les politiques économiques en Europe pourraient avoir un impact négatif sur les États-Unis, advenant l’absence d’une reprise sur le vieux continent. Au contraire, les signes d’une amélioration pourraient donner du tonus à la croissance à la première économie mondiale au cours de l’année prochaine.

Pour visionner la webdiffusion : Perspectives économiques 2015.

 

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires