L’année 2008 : fin du dénigrement… place à un réel partage d’actes

Montréal (Québec), 14 janvier 2008 – Deux évènements ont retenul’attention de l’Ordre des technologues professionnels du Québec (OTPQ) aucours de l’année 2007 en agroalimentaire : les travaux de la Commission surl’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ) etl’acquittement de trois technologues professionnels (T.P.) à l’emploi de LaCoop Fédérée poursuivis par l’Ordre des agronomes du Québec (OAQ) (voir Ordredes agronomes du Québec c. Galarneau (C.Q.) Joliette, 705-61-049533-033, le23 février 2007, j.Vanasse).

L’année 2008 sera quant à elle marquée par le dépôt du rapport de la CAAAQ et par une intensification des actions de l’OTPQ afin de rétablir le lien de confiance entre les T.P. et leur employeur suite à la désolante campagne de communication que livre l’OAQ depuis 2007 sur sa Politique générale concernant la surveillance des actes agronomiques.

Cette politique n’est ni une loi ni un règlement et partant, n’a aucunpouvoir contraignant à l’égard de tous les intervenants du secteuragroalimentaire, incluant les technologues professionnels. « Assujettir lestechnologues professionnels à la surveillance systématique des agronomes, telque suggéré par la Politique de l’OAQ, a pour effet d’infantiliser leur rôlealors que la réalité du terrain est tout autre », relève M. Alain Bernier,T.P., président de l’OTPQ. Ce dernier ajoute : « un ordre professionnel ne peutencadrer les membres d’un autre ordre professionnel ; une telle ingérence, enplus d’alourdir la charge de travail et de nuire à la productivité de toutel’industrie, ternit l’ensemble du système professionnel québécois ». L’OTPQinvite ses membres à ne pas adhérer à ce contrat de surveillance.

L’OTPQ rencontrera, dès janvier 2008, les autorités gouvernementalesimpliquées afin que cesse cette campagne de dénigrement à l’égard de sesmembres. En tant qu’ordre professionnel regroupant près de 400 technologuesoeuvrant dans les divers secteurs de l’agriculture québécoise, lestechnologues professionnels, au même titre que les agronomes, sont encadréspar des règlements, normes, procédés et obligations déontologiques. « L’OTPQréitère ses appels à la négociation auprès de l’OAQ : devant la pénurie demain-d’oeuvre l’heure n’est plus à la confrontation mais bien à lamodernisation des rapports entre les différentes catégories de professionnelsissus tant du niveau universitaire que collégial. En agissant autrement l’OAQs’éloigne de sa mission première, qui est la protection du public, au profitd’un corporatisme flagrant. En cela, un partage des tâches qui correspondmieux aux compétences de chacun est devenu incontournable » de conclureM. Bernier.

Le 6 décembre dernier, les délégués de l’Union des producteurs agricoles(UPA) ont élu M. Christian Lacasse à la présidence. Ce dernier a mentionnévouloir agir à titre de rassembleur et de promoteur de la profession agricole.Il a également fait mention durant sa campagne que l’agriculture traversait unclimat de morosité depuis ces dernières années. L’OTPQ abonde également en cesens et valorise des rapports équilibrés entre les professionnels etl’ensemble des intervenants du secteur, car l’agriculture québécoise estmaintenant et plus que jamais un enjeu commun. Le rôle de chacun estdéterminant afin de favoriser une gestion intégrée des ressources du milieuagricole et, à ce chapitre, le technologue professionnel en agroalimentaireconstitue un interlocuteur de premier plan.

Les technologues professionnels portent un titre réservé comme le fontles urbanistes, les psychologues, les évaluateurs agréés ou les comptables enmanagement accrédités (CMA). On peut les reconnaître grâce aux initiales« T.P. » ou « T.Sc.A. » qu’ils accolent à leur nom. Les membres de l’OTPQ sont desprofessionnels de l’application des sciences. Ils ont une connaissance pousséedes mathématiques et des sciences, acquise par un programme d’enseignementsupérieur de trois ans reconnu par un diplôme d’études collégiales (DEC). Lestechnologues professionnels exercent leur profession dans des secteurstechnologiques comme l’agroalimentaire, l’aménagement du territoire, lebâtiment, la foresterie, le génie électrique et l’informatique.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ordre des technologues professionnels du Québec (OTPQ)
http://www.otpq.qc.ca/

Commentaires