Le Canada demande l’abolissement des restrictions américaines aux importations de pommes de terre de l’Île-du-Prince-Édouard

Ottawa (Ontario), 2 janvier 2001 – Le Canada a demandé la tenue de consultations avec les États-Unis, dans le cadre de l’ALENA, sur les restrictions américaines imposées aux importations de pommes de terre de l’Île-du-Prince-Édouard, ont annoncé aujourd’hui le ministre du Commerce international, M. Pierre Pettigrew, et le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief.

« Le gouvernement du Canada a rencontré des représentants de haut niveau pour amener l’administration américaine à lever les restrictions, a déclaré le ministre Pettigrew. Le Canada est d’avis que les restrictions ne s’appuient sur aucune preuve scientifique, constituent une entrave injustifiée au commerce et sont contraires aux obligations internationales des États-Unis en matière de commerce. »

« La science donne raison au Canada, a déclaré pour sa part le ministre Vanclief. L’insistance continuelle du gouvernement américain de poser des conditions déraisonnables à la réouverture de sa frontière aux pommes de terre de l’Île-du-Prince-Édouard est totalement inacceptable. Nous avons soulevé cette question auprès des représentants des États-Unis et nous poursuivrons nos consultations étroites avec l’industrie et le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard sur les moyens à prendre pour régler ce différend le plus vite possible. »

Le 31 octobre, le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) a interdit l’importation de pommes de terre en provenance de l’Île-du-Prince-Édouard. Cette mesure a été prise après que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a confirmé la présence de la gale verruqueuse dans un champ de pommes de terre de cette province. L’ACIA a réagi rapidement en prenant des mesures pour empêcher la propagation de la maladie et protéger les plantations de pommes de terre de la province et des autres provinces qui n’étaient pas touchées.

L’ACIA a participé à des discussions approfondies avec l’USDA pour que les États-Unis lèvent l’interdiction. Le 13 décembre, l’USDA a écrit à l’ACIA pour l’assurer que les importations en provenance de l’Île-du-Prince-Édouard seraient de nouveau permises. Malheureusement, les États-Unis n’ont pas donné suite à leur projet. Après d’autres discussions, les fonctionnaires de l’USDA ont envoyé une autre lettre à l’ACIA, le 29 décembre, dans laquelle ils fixaient des conditions encore plus strictes que celles énoncées dans la lettre du 13 décembre.

Le Canada a demandé aujourd’hui la tenue de consultations dans le cadre de l’ALENA. Comme il est question de denrées périssables, il a en outre demandé que ces consultations se tiennent dans les 15 prochains jours. D’ici là, le Canada poursuivra ses efforts bilatéraux pour régler le différend.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)

http://www.cfia-acia.agr.ca/

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international

http://www.dfait-maeci.gc.ca/

United States Department of Agriculture (USDA)

http://www.usda.gov/

Commentaires