Le Canada s’engage à renforcer l’OMC

Ottawa (Ontario), 1er décembre 2009 – Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Stockwell Day, a réaffirmé que le Canada s’engage à solidifier l’Organisation mondiale du commerce (OMC) afin d’accroître le commerce mondial. Cette annonce fait suite aux discussions de haut niveau auxquelles ont pris part le ministre et ses homologues des 152 pays de l’OMC, à Genève.

« Le Canada peut grandement bénéficier en participant aux activités de l’OMC en tant que nation commerçante. L’OMC fournit un cadre propice pour resserrer nos relations commerciales avec d’autres économies, y compris avec nos principaux partenaires, a déclaré le ministre Day. Il est plus que jamais crucial d’éviter les mesures protectionnistes et d’ouvrir de nouveaux marchés. Le Canada soutient l’objectif ambitieux visé dans le cadre du cycle de Doha, qui assurerait la prospérité et accélérerait la reprise économique à l’échelle mondiale. Le Canada aidera l’OMC à atteindre cet objectif par tous les moyens possibles. »

Lors de la conférence ministérielle qui a eu lieu à Genève du 30 novembre au 2 décembre, le ministre Day et le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, l’honorable Gerry Ritz, ont discuté de la contribution de l’OMC à la reprise, à la croissance et au développement.

Le Canada prend activement part au cycle de négociations de Doha à l’OMC. Les producteurs, fabricants et fournisseurs de services du secteur de l’agriculture du Canada peuvent bénéficier d’un accès élargi aux marchés étrangers et d’un resserrement des règles régissant le commerce qui pourraient découler de la conclusion réussie du cycle de Doha.

« Le gouvernement du Canada soutient une politique agricole équilibrée à l’OMC et s’efforce d’obtenir des gains réels pour les familles de tous les agriculteurs canadiens, a déclaré le ministre Ritz. Nous sommes engagés à créer des débouchés pour nos exportateurs et nous défendons uniformément les secteurs soumis à la gestion de l’offre. »

Pendant qu’il était à Genève, le ministre Day a rencontré le ministre de la République de Corée, M. Kim Jong-hoon, pour discuter de l’état des négociations de l’Accord de libre-échange (ALE) Canada-Corée, ainsi que du souhait du Canada de recouvrer l’accès du boeuf au marché coréen. Il a également rencontré le ministre du Commerce extérieur du Maroc, M. Abdellatif Mazouz. Le ministre Day et le ministre Mazouz ont exprimé leur engagement envers un éventuel ALE, espérant amorcer des négociations officielles dès que possible.

En plus de chercher à augmenter les échanges commerciaux par l’entremise de l’OMC, le Canada négocie également des accords bilatéraux de libre-échange. En moins de quatre ans, le gouvernement du Canada a ouvert des portes aux entreprises canadiennes grâce à la conclusion de nouveaux accords de libre-échange avec la Colombie, la Jordanie, le Panama, le Pérou et les États membres de l’Association européenne de libre-échange, soit l’Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein. De tels accords permettent d’accroître le commerce, d’ouvrir des portes aux exportateurs canadiens, d’encourager la croissance économique et de créer de l’emploi.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
http://www.dfait-maeci.gc.ca/

Organisation mondiale du commerce (OMC)
http://www.wto.org/

Commentaires