Le Conseil canadien de l’horticulture rebaptise le programme de salubrité des aliments à la ferme

Ottawa (Ontario), 10 mars 2009 – Le Conseil canadien de l’horticulture (CCH), une association industrielle nationale représentant les producteurs de fruits et légumes frais, a dévoilé le nouveau nom de son programme de salubrité des aliments à la ferme. Le programme s’appelle désormais CanadaGAP – Salubrité des aliments à la ferme pour les fruits et les légumes frais. Le programme consiste en des normes nationales de sécurité alimentaire et en un système de certification assurant la salubrité des fruits et des légumes frais lors de leur production, de leur entreposage et de leur emballage.

À propos du programme
Huit guides sur la salubrité des aliments à la ferme portant précisémentsur différents fruits et légumes ont été élaborés par le secteur horticole etsont revus par des représentants du gouvernement canadien pour en assurer lebien-fondé technique. Ces guides, offerts aux producteurs et aux emballeursqui mettent en oeuvre les bonnes pratiques agricoles (BPA), contiennent desindications exhaustives fondées sur une analyse des risques rigoureuseadhérant aux principes HACCP.

L’élément de certification du programme, lancé en septembre 2008, estouvert aux fournisseurs qui ont besoin de prouver à leurs clients qu’ilssuivent les guides sur la salubrité des aliments à la ferme. Les participantsau programme doivent subir une vérification par un tiers, orientée toutspécialement sur les guides et menée par des services de vérification et decertification d’un organisme de certification accrédité sur la scèneinternationale, QMI-SAI Global.

Jusqu’à présent, environ 250 producteurs s’y sont inscrits. « Nous sommesencouragés par le nombre de producteurs inscrits au programme de certificationà ce jour », a précisé Heather Gale, gestionnaire du programme national.

Pourquoi le programme s’appelle-t-il « CanadaGAP »?
En 2009, les normes canadiennes sur la salubrité des aliments à la fermepour les fruits et les légumes seront évaluées par rapport aux exigences de laGlobal Food Safety Initiative (GFSI) et aux normes de GlobalGAP, toutesreconnues mondialement. L’objectif consiste à établir l’équivalence duprogramme sur le marché international tout en le faisant connaître sous sonnouveau nom, soit « CanadaGAP ». Une fois l’étude comparative terminée,CanadaGAP sera reconnu au même titre que d’autres programmes de salubrité desaliments approuvés à l’échelle internationale.

« Il s’agit d’un projet très intéressant pour le programme de salubritédes aliments à la ferme, a déclaré Paul LeBlanc, président du Comité degestion de la salubrité des aliments du Conseil canadien de l’horticulture.Les producteurs et les emballeurs ayant obtenu la certification du CanadaGAPseront en mesure de satisfaire aux exigences de la clientèle en respectant lesnormes de la GFSI ou de GlobalGAP. »

GlobalGAP est un organisme international basé en Allemagne qui établitdes normes volontaires pour la certification des produits agricoles du mondeentier. La certification GlobalGAP est effectuée par plus de 100 organismes decertification indépendants et accrédités présents dans plus de 80 pays. Elleest ouverte aux producteurs du monde entier. La GFSI est coordonnée par leCIES – The Food Business Forum, qui est basé en Belgique. Elle gère unprocessus d’évaluation comparative visant à favoriser la normalisation desprogrammes de salubrité des aliments.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agr’équip
http://www.agrequip.com

Conseil canadien de l’horticulture (CCH)
http://www.hortcouncil.ca/

Commentaires