Le gouvernement est divisé sur l’étiquetage des OGM

Ottawa (Ontario), 17 octobre – Le projet de loi C-287 n’a pas franchi l’étape de la deuxième lecture à la Chambre des communes mais il a démontré une profonde division au sein du gouvernement Libéral sur cette question. Ce projet de loi forçait l’étiquetage obligatoire de tous les produits contenant des OGM.

« C’est une gifle au 95 % des Canadiens qui affirment avoir le droit de savoir ce qu’ils mangent », assure Eric Darier, responsable de la campagne OGM pour Greenpeace. « Les Canadiens ont été transparents à propos de l’étiquetage obligatoire des OGM. Ils s’attendaient donc à ce que leur député vote en faveur. »

Eric Darier tire son chapeau aux 34 députés libéraux qui ont appuyé le projet de loi : « qu’autant de libéraux votent en faveur de C-287 démontre combien le gouvernement est divisé. Nous félicitons les députés qui ont respecté leurs électeurs et nous mettons les autres en demeure de donner suite. »

« La position du ministre de la Santé, Allan Rock, a été particulièrement décevante », précise Eric Darier. « Encore une fois, le ministre nous berne avec un beau discours sans passer à l’action. Allan Rock est ministre depuis quatre ans. La semaine dernière, il a déclaré être en faveur de l’étiquetage obligatoire et il pense que nous allons accepter que la filière soit désormais soumise à un comité où il est déjà embourber dans d’autres dossiers. »

« Allan Rock n’est pas l’ami de l’étiquetage obligatoire pas plus qu’il n’est l’ami des 95 % de Canadiens qui le réclame », souligne Eric Darier. « Nous nous attendions à plus de leadership de la part de quelqu’un qui aspire à devenir Premier ministre. »

Le projet de loi C-287, du député Libéral Charles Caccia, a été appuyé par le Bloc québécois, le NPD et la coalition des Progressistes-conservateurs.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada

http://www.greenpeacecanada.org/

Santé Canada

http://www.hc-sc.gc.ca

Commentaires