Le Japon suspend les importations de poulets thaïlandais

Tokyo (Japon), 22 janvier 2004 – Le Japon a suspendu les importations de volailles en provenance de Thaïlande, où les autorités assurent qu’elles n’ont dissimulé aucun cas de grippe aviaire chez l’être humain.

Cette suspension à titre temporaire, annoncée par le ministère japonais de l’Agriculture, illustre le risque potentiel d’une transmission à l’homme de la « grippe du poulet » qui, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), pourrait aboutir à une épidémie plus grave que celle du Sras.

En 2993, le marché japonais représentait 60% des exportations de poulets thaïlandais, d’un montant total de 60 milliards de bahts (1,5 milliard de dollars).

Dans un communiqué, le ministère japonais de l’Agriculture justifie sa décision par le principe de précaution et mentionne des informations de presse thaïlandaises selon lesquelles le virus de la grippe aviaire H5N1 aurait été transmis à des êtres humains.

Les principales firmes exportatrices de volailles, malmenées à la bourse de Bangkok dès l’annonce japonaise, n’ont pas caché leur inquiétude.

Mais le ministre thaïlandais du Commerce, Wattana Muangsook, en a minimisé les conséquences pour la filière aviaire. « Je ne pense pas qu’il y aura un impact à long terme. Nous trouverons rapidement une solution au problème », a-t-il dit à Reuters.

Bangkok affirme agir dans la transparence
Les autorités thaïlandaises avaient assuré plus tôt dans la journée qu’elles ne cachaient aucun cas de grippe aviaire, maladie responsable de la mort d’au moins cinq personnes au Vietnam.

« Nous n’avons rien à cacher », a répliqué la ministre de la Santé, Sudarat Keyuraphan, sur les ondes d’une radio thaïlandaise.

« En ce moment, j’aimerais demander à chacun de ne pas croire les rumeurs car nous respectons les consignes du Premier ministre qui nous demande de gérer tout cela avec transparence », a-t-elle insisté.

La veille, elle avait indiqué que trois Thaïlandais subissaient des examens en vue de détecter une éventuelle contamination par la grippe aviaire.

Citant des sources médicales anonymes, le journal anglophone Nation a affirmé que plusieurs Thaïlandais étaient décédés de la « grippe du poulet » mais que les autorités sanitaires craignaient d’en parler en raison du silence imposé par le gouvernement.

Un sénateur indépendant, également médecin, Nirun Phitakwagchara, a affirmé à Reuters qu’un laboratoire avait confirmé qu’un Thaïlandais de sept ans avait contracté la maladie dans la province de Suphanburi, à une centaine de kilomètres au nord de Bangkok.

« L’examen du laboratoire a montré que le garçon actuellement soigné dans un hôpital de la province de Suphanburi a contracté la grippe aviaire H5N1 », a-t-il déclaré. L’hôpital a refusé de commenter ces propos.

Les victimes de ce type de grippe aviaire au Vietnam ont apparemment toutes contracté le virus en mangeant des poulets contaminés. Certains experts s’inquiètent cependant de la possibilité d’une combinaison de la grippe du poulet avec un virus de la grippe humaine classique.

Source : Reuters

Commentaires