Le Japon va reprendre ses importations de volailles et de foie gras français

Tokyo (Japon), 17 mai 2006 – Le Japon va reprendre aux alentours de la mi-juin ses importations de volailles et de foie gras français, à l’exception de produits en provenance du département des Landes (sud-ouest de la France), a-t-on appris auprès de l’Ambassade de France à Tokyo.

« La date exacte de la reprise devrait être confirmée très prochainement », a indiqué un représentant de l’administration française.

Des contacts entre les autorités sanitaires françaises et japonaises devraient avoir lieu la semaine prochaine pour préciser les modalités de la reprise des importations.

Les volailles landaises sont exclues car les autorités japonaises ne souhaitent pas importer de viande provenant d’animaux vaccinés, a précisé le responsable français.

Des discussions sont toutefois en cours pour essayer d’obtenir auprès du Japon l’autorisation d’importer les animaux de ce département élevés dans des exploitations ne pratiquant pas la vaccination.

Tokyo avait suspendu les importations de volailles françaises et de produits dérivés, le 25 février dernier, après la découverte d’un cas de virus H5N1 dans un élevage de l’Ain (centre-est de la France).

Au Japon, cette suspension a été préjudiciable aux importateurs ainsi qu’aux restaurateurs français qui proposent le foie gras sur presque toutes leurs cartes.

Le Japon est le quatrième client du foie gras français après l’Espagne, la Suisse et la Belgique avec des importations de près de 400 tonnes (dont plus de la moitié congelée).

« C’est un gros soulagement, une sacrée bouffée d’oxygène. On voyait notre chiffre d’affaires s’effondrer », a commenté Frédéric Morin, PDG de French FB Japan, un des principaux importateurs de foie gras français au Japon, qui a affirme avoir perdu « 15 à 20% » de son chiffre d’affaires ces trois derniers mois.

« Il faut maintenant remettre la fabrication en route et regagner la confiance du consommateur japonais », a-t-il déclaré à l’AFP.

La reprise des importations de volailles devrait être un des sujets abordés avec les autorités nippones par le ministre français de l’Agriculture, Dominique Bussereau, attendu au Japon la semaine prochaine.

Le ministre devrait également évoquer les conditions d’importations de la viande de porc jugées trop « contraignantes » en matière sanitaire, a précisé le responsable français à Tokyo.

La France souhaite renforcer sa présence sur le marché agroalimentaire japonais, neuvième client de l’Hexagone mais ne représentant que 2,5% des exportations françaises.

Source : AFP

Commentaires