Le lait, bon pour l’économie

La valeur de la production laitière a augmenté au Québec depuis 2006 nous apprend la dernière édition du bulletin BioClips du Ministère de l’Agriculture, des pêcheries et de l’alimentation du Québec.

Alors que cette valeur s’établissait à 2391 M$ en 2006, elle s’est hissée à 2634 M$ en 2011.

Pour la production agricole globale, ce chiffre est passé de 6229 M$ en 2006… à  9275 M$ en 2011 !

Comment les fermes laitières contribuent-elles à l’économie ? Notamment grâce aux emplois créés et aux déboursés nécessaires pour leurs opérations.

Au chapitre des emplois, pour chaque tranche de 10 millions de dollars de production, 58 emplois sont liés au secteur laitier (47 en 2006). Pour tous les secteurs confondus en agriculture, chaque tranche de 10 M$ permet la création de 54 emplois (62 en 2006). On peut donc dire que la production laitière procure «relativement un peu plus d’emplois» que les autres secteurs.

En s’approvisionnant au Québec, les producteurs laitiers insufflent des revenus additionnels dans l’économie québécoise. C’est évidemment l’inverse s’ils s’approvisionnent en achetant des produits importés. Globalement, le secteur laitier a engendré des revenus dans l’économie de plus de 2 milliards en 2011.  Ce montant correspond à un taux de valeur ajoutée de 77%, un taux supérieur à celui de l’ensemble de l’agriculture québécoise qui est de 68 %. On peut donc en conclure que les producteurs laitiers s’approvisionnent davantage en produits québécois.

Commentaires