Le marché de Hong Kong s’ouvre au boeuf canadien

Ottawa (Ontario), 1 décembre 2004 – Hong Kong a accepté de recommencer immédiatement à importer de la viande de boeuf canadien. Cette décision a été prise après que l’honorable Andy Mitchell, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, se soit rendu à Hong Kong le 15 octobre et qu’une délégation de spécialistes techniques de ce pays ait visité le Canada à la fin d’octobre.

« Ce fait nouveau est de très bon augure pour les producteurs canadiens. Nous avons réalisé des progrès réels, a affirmé M. Andy Mitchell, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire. Bien que nous ayons encore beaucoup de pain sur la planche, nous n’avons pas entrepris en vain nos nombreuses missions et discussions techniques poussées visant à expliquer les mesures que nous avons adoptées pour protéger la santé humaine et animale. »

Hong Kong est un marché asiatique d’importance pour les produits du boeuf canadiens. En 2002, les exportations de boeuf et de produits du boeuf dans ce pays ont totalisé 604 tonnes, soit une valeur de plus de 2,8 millions de dollars.

La décision de rouvrir la frontière au boeuf désossé canadien provenant d’animaux de moins de 30 mois résulte des pourparlers sur les conditions nécessaires à la relance des échanges commerciaux qu’ont tenus le Canada et Hong Kong pendant de nombreux mois, ainsi que des visites techniques complémentaires.

Pendant la semaine du 25 octobre, des spécialistes du gouvernement de Hong Kong sont venus au Canada pour vérifier si les mesures de protection de la santé humaine et animale contre l’ESB y étaient mises en oeuvre avec efficacité. À la suite de leur séjour, ils se sont dits satisfaits des mesures prises par le Canada pour assurer la salubrité de ses produits du boeuf et ont recommandé que Hong Kong reprenne les échanges avec notre pays.

L’élargissement de l’accès aux marchés d’exportation pour le boeuf et les autres produits animaux est un objectif clé de la Stratégie nationale de repositionnement de l’industrie de l’élevage qui a été annoncée le 10 septembre. Depuis cette date, nous avons fait des percées majeures en Asie.

Taïwan a confirmé son intention d’accorder au Canada un accès conditionnel pour son boeuf désossé et a délégué une équipe de spécialistes qui observera directement la mise en oeuvre des mesures canadiennes de salubrité des aliments et de santé animale.

Par ailleurs, le Canada a signé deux protocoles avec la Chine afin de favoriser la réouverture de ce marché à la semence et aux embryons de bovins.

Finalement, le dossier avance au Japon, où les entretiens de nature technique et les échanges d’information visant à relancer les échanges bilatéraux sur le boeuf et les produits du boeuf se poursuivent.

Le gouvernement canadien continuera d’intervenir auprès des marchés asiatiques pour qu’ils lui donnent accès à un éventail plus large de produits, et ce dans le respect des lignes directrices scientifiques et internationales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires