Le portrait de l’eau des dix-sept régions du Québec

Québec, le 3 mai 2000 – Dans son rapport intitulé : L’eau, ressource à protéger, à partager et à mettre en valeur, la Commission sur la gestion de l’eau au Québec dresse le portrait de l’eau dans les dix-sept régions administratives du Québec.







« Ce premier portrait des régions témoigne de la diversité des situations et surtout du souci extraordinaire que les gens ont des ressources de leur milieu. »


Dans le mandat qu’il avait confié à la Commission, le ministre de l’Environnement, M. Paul Bégin, avait demandé expressément au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement de faire le portrait de chacune des régions du Québec. La Commission a visité les dix-sept régions à deux reprises. Elle a reçu 379 mémoires, tenu 143 séances publiques et entendu près de 1 000 intervenants.

Dans le chapitre 3 de son rapport consacré aux régions, la Commission fait donc le portrait des attentes et des préoccupations des citoyens sur la gestion de l’eau sur leur territoire. Chaque section reprend brièvement le portrait régional de l’eau établi par le ministère de l’Environnement pour la tenue de la consultation, termine ce portrait grâce aux informations complémentaires reçues au cours de l’audience, identifie les principales préoccupations et les problèmes soulevés par les citoyens et dégage quelques priorités régionales.

Parmi les principales questions soulevées, signalons les difficultés rencontrées par l’évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées dans les régions de la Côte-Nord, de l’Abitibi-Témiscamingue et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, la contamination des puits individuels dans la région Chaudière-Appalaches, la contamination par les sites de résidus miniers dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec, l’épandage de boues industrielles en Mauricie, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, en Estrie, en Outaouais et au Centre-du-Québec, la qualité de l’eau du Lac Saint-Charles et le réaménagement de la rivière Saint-Charles dans la région de la Capitale-Nationale, la protection des lacs dans la région de l’Estrie, la contamination de l’eau par la pollution atmosphérique au Saguenay–Lac-Saint-Jean et ainsi de suite.

« Nous n’avons pas pu faire l’inventaire exhaustif des problèmes et des solutions possibles a déclaré M. Beauchamp, président de la Commission. Mais ce premier portrait des régions témoigne de la diversité des situations et surtout du souci extraordinaire que les gens ont des ressources de leur milieu. Le portrait des régions n’est pas figé une fois pour toutes. Il est à reprendre localement par les gens pour parvenir à un diagnostic précis et à l’élaboration de solutions. Le portrait que nous avons dressé, les priorités que nous avons signalées, se veulent seulement une amorce d’une véritable prise en main par les populations elles-mêmes ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)

http://www.bape.gouv.qc.ca/

Commentaires