Le salon de l’agriculture a enregistré un nombre record de visiteurs

Paris (France), 3 mars 2003 – Le salon de l’agriculture, qui a fermé ses portes dimanche dernier sur un nombre record de 650 000 visiteurs, aura conforté les agriculteurs, assurés du soutien des autorités sur les délicats dossiers de la Politique agricole commune (PAC) et des relations avec la grande distribution.

« Nous avions besoin d’être compris de l’opinion publique pour défendre nos orientations, ainsi que notre vision de la PAC qui n’est pas celle proposée par Franz Fischler (le commissaire européen chargé de l’agriculture) », reconnaît Jean–Michel Lemétayer, président de la toute puissante FNSEA, syndicat majoritaire. Pour lui, le message a été entendu: « la confiance est revenue entre consommateurs et agriculteurs et il faut maintenant envisager des actions ensemble », a–t–il dit à l’AFP.

« Il y a 40 ans, les gens venaient pour regarder. Aujourd’hui le dialogue s’est instauré entre les visiteurs et les agriculteurs », confirme Christian Patria, président de ce salon marqué par une fréquentation en hausse de près de 5% sur l’année dernière.

Du côté des politiques, les déclarations rassurantes et les soutiens appuyés n’ont pas manqué tout au long des neuf jours de la manifestation. A commencer par le président Jacques Chirac. Le chef de l’Etat a vivement dénoncé « l’entêtement » du commissaire Fischler à vouloir réformer la PAC, faisant valoir que « les engagements pris » par le Conseil européen à Berlin en mars 1999 « avaient été confirmés », excluant toute modification avant l’échéance de 2006.

Quelques jours plus tard, c’était au tour du Premier ministre, Jean–Pierre Raffarin, de réaffirmer l’opposition du gouvernement « aux manoeuvres qui sont engagées à Bruxelles pour faire une revue à mi–parcours » de la PAC.

Convié par le ministre de l’Agriculture à visiter le salon, le commissaire Fischler a d’ailleurs décliné l’invitation, mais a reçu l’aide de son collègue chargé du Commerce international Pascal Lamy.

« Je suis sur la même ligne que M. Fischler, car je fais partie d’un collège qui s’appelle la Commission européenne, qui a adopté ces propositions et qui les fera voter le moment venu au Conseil des ministres comme c’est son droit, il y aura une majorité et une minorité », a affirmé M. Lamy.

A propos des relations entre agriculteurs et grande distribution, accusée par ces derniers de pratiques commerciales abusives, la solidarité a été unanime.

Le président Chirac a notamment qualifié d’« injustifiables » les marges prises par les distributeurs sur les produits agricoles. Ce problème « doit être traité avec beaucoup de fermeté » car « il y a quelque chose de scandaleux », a–t–il jugé. Quant à M. Raffarin, il a aussi plaidé pour « un partage juste » des marges « tout au long de la filière ».

Parmi les autres événements du salon, José Bové, le médiatique leader de la Confédération paysanne, a appris sur le stand de son syndicat sa condamnation à 10 mois de prison ferme pour destruction de plants génétiquement modifiés.

« Il y a une volonté de la justice de criminaliser le mouvement syndical, le mouvement social et la lutte contre les OGM », a–t–il alors déclaré au milieu d’une foule de photographes, avant d’improviser un débat sur les OGM.

Après la Normandie, c’est le Poitou–Charentes, dont le Premier ministre a été président de région, qui sera à l’honneur pour la prochaine édition du salon de l’agriculture.

Le salon 2004 accueillera également le congrès international de la Prim’Holstein, première race mondiale de vaches laitières.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Confédération paysanne
http://www.confederationpaysanne.fr/

Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA)
http://www.fnsea.fr/

Salon international de l’agriculture
http://www.salon-agriculture.com/

Commentaires