Le temps d’arrêt en production porcine ne peut se prolonger indûment

Longueuil (Québec), 20 novembre 2003 – « Nous voulions que le temps d’arrêtsoit levé en deux temps, tel que prévu au règlement sur les exploitationsagricoles (REA), soit en décembre 2003, dans les zones non en surplus dephosphore, et en juin 2004, dans les zones en surplus. Nous croyons fermementque les conditions du développement durable auraient pu être implantées enparallèle. Le temps d’arrêt ne peut se prolonger indûment. » C’est ainsi qu’aréagi le président de la Fédération des producteurs de porcs du Québec,M. Claude Corbeil, suite aux informations reçues à l’effet que le tempsd’arrêt serait reconduit jusqu’en décembre 2004.

« Nous étions prêts à bouger. Déjà, nous avions amorcé le travail sur lesquatre grands chantiers que nous avons proposés dans notre mémoire : accélérerl’implantation de pratiques respectueuses de l’environnement, poursuivre ledéveloppement de la production sur la base d’une bonne planification, gérerles surplus de fertilisants en valorisant les engrais organiques et,finalement, conclure un pacte social avec la société québécoise », d’expliquerM. Corbeil.

Maintenant que les producteurs de porcs sont devant la réalité d’une prolongation du temps d’arrêt, leur message est clair : « Il est impensable que le temps d’arrêt excède la période édictée. L’avenir de la production porcine est déjà menacé. Nous ne pouvons même pas consolider nos entreprises pour leurbon fonctionnement au quotidien et ce, même si les fermes sont conformes entout point aux normes environnementales de 2010. » M. Corbeil a aussi préciséque, même si la production porcine québécoise n’a pas les ambitions duDanemark ou d’autres pays en termes de volume de porcs produits, il estessentiel que la production conserve ses parts de marchés pour resterdynamique.

Dans son rapport, le BAPE va dans le même sens en conseillant que letemps d’arrêt ne se poursuive pas de manière indue, mettant ainsi en péril lacompétitivité des entreprises du secteur porcin.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)
http://www.bape.gouv.qc.ca/

Le Porc du Québec
http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Commentaires