Les agriculteurs toujours otages des chemins de fer

Winnipeg (Manitoba), 4 mai 2001 – La CCB considère que la décision prise hier par l´Office des transports du Canada laisse les agriculteurs de l´Ouest canadien dans une situation qui ne prévoit ni la réglementation des tarifs ni une véritable concurrence au déplacement de leur grain.

L´Office statuait que la Loi sur les transports au Canada ne prévoit pas qu´une ligne de chemins de fer à l´affût de parcours ferroviaires sur le réseau d´une autre compagnie soit autorisée à demander l´exploitation de ces parcours. Dans sa décision, l´Office rejette les demandes d´exploitation de deux compagnies: Hudson Bay Railway et Ferroequus Railway prétextant que leur demande contrevient aux dispositions de l´article 138 de la Loi.

Cette décision confirme le besoin de procéder à une clarification de ce que signifie l´accès concurrentiel et de passer bientôt à une énergique campagne de promotion de la concurrence dans le secteur du transport ferroviaire au Canada. « La balle se trouve clairement du côté du comité d´examen de l´OCT pour qu´il soumette au Ministre des transports les recommandations significatives qui méneront à un amendement de la Loi et à la mise en place d´une concurrence efficiente au profit des expéditeurs – aujourd´hui toujours les otages des chemins de fer, » ajoutait Ken Ritter. « Dans un courrier que nous adressons au comité d´examen de l´OTC, nous exprimons non seulement nos inquiétudes concernant les retombées de cette décision sur les agriculteurs, mais nous exprimons le souhait que soit adoptée une véritable concurrence dans la nouvelle législation. »

« La décision d´hier laisse les producteurs à l´entière merci de CN et CP », disait Ken Ritter. « Elle leur assure un quasi monopole dans la mesure où les compagnies qui souhaiteraient offrir une véritable concurrence ne sont pas habilitées à concurrencer l´exploitation de lignes présentement exploitées par ces deux compagnies. »

La CCB est la plus importante agence de commercialisation d´orge et de blé au monde qui soit contrôlée par les producteurs. Avec son siège social à Winnipeg (Manitoba), la CCB est l´un des plus gros exportateurs au Canada et celui qui rapatrie le montant de devises étrangères le plus élevé. Assurant la commercialisation de l´orge et du blé des Prairies dans plus de 70 pays aux quatre coins du monde, la CCB restitue tout le produit des ventes, moins les frais de mise en marché, aux agriculteurs de l´Ouest canadien.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Canadien National (CN)

http://www.cn.ca/

Commission canadienne du blé

http://www.cwb.ca/

Office des transports du Canada (OTC)

http://www.cta-otc.gc.ca/

Commentaires