Les Canadiens continuent de payer le moins pour leur nourriture

Ottawa (Ontario), 28 janvier 2008 – La journée d’affranchissement des dépenses alimentaires étant à moins d’une semaine, Statistique Canada a publié des chiffres qui montrent que, parmi les citoyens des pays occidentaux, les Canadiens continuent de payer le moins pour leur nourriture.

La journée d’affranchissement des dépenses alimentaires correspond à la journée où le consommateur moyen au Canada a gagné assez d’argent pour payer sa facture d’épicerie pour toute l’année. Cette année, la journée d’affranchissement des dépenses alimentaires survient encore plus tôt qu’auparavant, soit le 3 février, parce qu’au cours des dernières années, le revenu disponible des Canadiens a augmenté nettement plus vite que le prix de la nourriture.

Les chiffres rendus publics par Statistique Canada montrent qu’au cours de l’année écoulée, la facture d’épicerie des Canada n’a augmenté que de 0,6 pour cent. Par contraste, les Européens payent 4,3 cents de plus pour leurs aliments, les habitants du Royaume-Uni, 5,1 pour cent de plus, et les Américains, 5,4 pour cent de plus.

« Il y a quelques préoccupations grandissantes parmi les consommateurs canadiens que le coût de la nourriture augmente, mais le fait est que la facture à l’épicerie n’a pas augmenté tant que ça », explique M. Bob Friesen, président de la Fédération canadienne de l’agriculture. « Et lorsqu’on tient compte du fait que les aliments canadiens sont de la plus haute qualité et qu’ils sont produits selon les normes les plus rigoureuses en matière de salubrité et de durabilité environnementale, il faut se rendre à l’évidence que le consommateur canadien bénéficie du meilleur rapport qualité-prix en Occident. »

Cette année, à l’occasion de la Journée d’affranchissement des dépenses alimentaires, la Fédération canadienne de l’agriculture souligne aussi la nécessité d’apposer des étiquettes claires et véridiques portant la mention « Aliment du Canada » sur les denrées d’origine canadienne.

« Les consommateurs canadiens sont de plus en plus nombreux à rechercher des aliments canadiens du fait qu’ils savent qu’ils peuvent se fier à leur qualité », précise M. Friesen. « Pour les aider à faire ce choix, le Canada a besoin d’un nouveau système d’étiquetage qui identifie clairement les aliments produits par des agriculteurs canadiens. »

Toujours à l’occasion de la journée d’affranchissement des dépenses alimentaires, la FCA attire également l’attention sur la part relativement restreinte du prix de la nourriture qui aboutit dans les poches de l’agriculteur. Au cours des trois premières semaines de l’année, le consommateur moyen gagne suffisamment d’argent pour payer la portion de la facture d’épicerie qui revient aux fermiers. Tandis que les prix d’achat ont augmenté récemment pour certains produits agricoles comme les céréales, d’autres secteurs canadiens de produits de base, particulièrement le secteur du bétail, continuent de faire face à une grave crise du revenu.

Fondée en 1935 afin de donner une seule voix unifiée aux agriculteurs canadiens, la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) est le plus important organisme agricole au pays. On trouve, parmi ses membres, des organismes agricoles provinciaux et des groupements nationaux et interprovinciaux de producteurs spécialisés. Par l’entremise de ses membres, la Fédération représente plus de 200 000 agriculteurs canadiens et familles canadiennes d’agriculteurs, d’un océan à l’autre.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires