Les engagements du Parti Québécois envers l’agriculture

Matane (Québec), 27 mars 2003 – Le premier ministre du Québec et chefdu Parti Québécois, Bernard Landry, et le ministre de l’Agriculture, desPêcheries et de l’Alimentation et candidat du Parti Québécois dans lacirconscription des Iles-de-la-Madeleine, Maxime Arseneau, ont annoncé qu’un gouvernement du Parti Québécois s’engage à favoriser le développement d’une agriculture durable, à encourager la relève agricole et à soutenir la production biologique.

« L’agriculture joue un rôle très important dans le développementéconomique des régions du Québec. C’est pourquoi le Parti Québécois réitèreaujourd’hui son appui inconditionnel aux agricultrices et aux agriculteurs quisont à mon sens des acteurs de premier plan dans la société québécoise », adéclaré le premier ministre.

Pour une agriculture durable
De concert avec le milieu agricole, le gouvernement du Parti Québécois amisé sur une stratégie d’accompagnement « ferme par ferme » et a lancé un pland’investissement en agroenvironnement de 257 millions $ sur 3 ans qui seterminera en 2004-2005. Un gouvernement du Parti Québécois s’engage àreconduire et à bonifier ce plan en 2005-2006, pour atteindre desinvestissements de 300 millions $ sur trois ans. Il s’agit en grande partie desommes qui serviront à financer des équipements et des immobilisations. Cesmesures auront un impact budgétaire de 45 millions $ par année. De plus, ceplan vise notamment à soutenir la recherche et le développement de nouvellestechnologies pour le traitement des lisiers et des fumiers.

Par ailleurs, un gouvernement du Parti Québécois mettra de l’avant unepolitique d’écoconditionnalité. Cette politique proposera des incitatifsfinanciers aux entreprises qui implanteront des mesures pour protégerl’environnement et assurera le respect des normes environnementales lors del’octroi d’aide financière.

La relève en agriculture
Un gouvernement du Parti Québécois s’engage à élaborer, de concert avecle milieu agricole, une Politique de soutien à la relève agricole. A ceteffet, un gouvernement du Parti Québécois bonifiera de 5 millions $ lesmesures de soutien destinées à favoriser la relève en agriculture. Le budgetde ces mesures de soutien passera progressivement de 13,7 millions $ à18,7 millions $ par année de 2004-2005 à 2008-2009.

« Cette politique vise à reconnaître la relève comme un pilier pourl’avenir du développement de l’agriculture au Québec. Elle permettrad’intégrer davantage les jeunes dans la gestion des fonds destinés à la relèveet elle aura pour avantage d’adapter le soutien financier destiné aux jeunesagriculteurs en fonction des priorités régionales qu’ils auront eux-mêmesidentifiées », a déclaré le ministre Arseneau.

L’agriculture biologique
Dans le but de garantir l’intégrité et la crédibilité de l’appellationbiologique et de contribuer à faire du Québec un modèle dans ce domaine, legouvernement du Parti Québécois s’engage à rendre récurrent le programme desoutien destiné à l’agriculture biologique. De plus, l’enveloppe budgétaire dece programme sera doublée dès 2004-2005 pour atteindre 2 millions $ par année.

Ce programme vise à assurer la certification des produits biologiquespour les consommateurs. De plus, il permettra de favoriser la formation pource type de production et à soutenir la mise en marché de ces produits.

Défendre les acquis du modèle agricole québécois
Alors que le Québec a réussi à conserver un modèle agricole fondé sur laferme familiale, le Parti Québécois estime qu’il est important de défendre etde préserver les outils qui ont été mis à la disposition des productrices etdes producteurs au cours des ans.

Un gouvernement du Parti Québécois s’engage donc à :

  • défendre le système de la gestion de l’offre, la mise en marché collective et la Financière agricole, notamment face au désengagement du gouvernement fédéral ;
  • assurer la pérennité du programme de remboursement des taxes foncières et plus particulièrement un partage équitable du fardeau fiscal municipal pour les producteurs agricoles ;
  • travailler en partenariat avec le milieu agricole afin d’assurer des services-conseils adéquats qui répondent aux besoins des producteurs ;
  • mettre sur pied un groupe de travail sur les revenus des agricultrices et des agriculteurs.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Parti québécois
http://partiquebecois.org/

Commentaires