Les prix des céréales flambent en Europe

Paris (France), 18 novembre 2003 – Les industriels français de l’alimentation animale, confrontés à une flambée des cours des matières premières sans précédent depuis 73 ans, ont demandé à la Commission européenne un dispositif d’urgence visant à faire baisser les prix des céréales.

« Il faut remonter à 1930 pour retrouver une envolée aussi rapide et brutale des prix du blé », précise le Syndicat national des industriels de la nutrition animale dans un communiqué qui met en garde contre « une hausse très significative » des prix des aliments pour animaux.

« Les marchés des matières premières traversent actuellement l’un des épisodes les plus mouvementés de leur histoire, tant au niveau européen que mondial », affirme le syndicat.

Il impute cette situation à une faible récolte européenne de céréales cette année, liée à la sécheresse, et à un accroissement de la demande intérieure. A cela s’ajoute une faible récolte américaine de soja.

« Dans cette situation et dans le cadre du marché européen, qui est un marché réglementé, une attitude volontaire de la Commission européenne, permettant une réelle maîtrise du marché intérieur, est indispensable », estime le Snia.

Le syndicat réclame notamment un déstockage des céréales détenues dans les stocks publics afin de « tempérer » la hausse des prix.

Il demande aussi « un maintien » des subventions à l’exportation des produits céréaliers transformés afin de favoriser la fabrication des sous-produits céréaliers servant à nourrir le bétail.

Le Snia réclame également une restriction des exportations européennes de céréales en grain vers le marché mondial et demande dans le même temps une accélération des importations en provenance des pays tiers.

Mardi, le blé français valait, rendu Rouen, sur le marché physique 158 euros la tonne pour des livraisons en novembre/mars.

Sur le marché à terme, il affichait un minimum de 160 euros la tonne.

Source : Reuters

Commentaires