Les prix des marchandises agricoles remontent en mai

Montréal (Québec), 5 juin 2003 – Après deux mois consécutifs de baisse,l’indice des prix des marchandises de BMO a grimpé de 3,3 % en mai et atteint128,8 (1993 = 100), grâce aux hausses inscrites dans chacun desquatre principaux groupes de marchandises.

« L’indice des prix des marchandises est encore inférieur de près de 8 % à son sommet de février, mais ce sommet avait été atteint grâce à des prix del’énergie exceptionnellement élevés, a déclaré Earl Sweet, économiste en chefadjoint, BMO Groupe financier. La tendance à la hausse qui caractérise lesprix des marchandises depuis l’été de 2002 se maintient; en mai, ces prix ontatteint un niveau supérieur de près de 19 % à celui de l’an dernier. »

Le sous-indice des produits agricoles a progressé de 2,2 % en mai, le temps humide dans les principales régions agricoles d’Amérique du Nord ayant nui à la récolte de blé et retardé les plantations de mais. A la suitede l’augmentation générale des prix du dernier mois, l’indice est supérieurd’environ 18 % à celui de l’an dernier. « Les stocks des principales céréaleset graines oléagineuses sont relativement bas, ce qui devrait maintenir lesprix à des niveaux relativement élevés au cours de la prochaine année, même entenant compte des récoltes plus abondantes prévues dans les principaux paysexportateurs », a soutenu M. Sweet.

Le sous-indice des produits forestiers s’est élevé légèrement, soit de0,6 %, en mai. « Cette hausse suivait des gains de plus de 10 % inscrits aucours des six mois précédents, soit la plus forte progression en deux ans. »Les cours de la pâte à papier et du papier ont fait une pause après deshausses assez considérables depuis le début de l’année, hausses dues à desapprovisionnements limités et à une demande stable ou légèrement accrue. Mêmesi les récents gains des cours de la pâte à papier et du papier serontprobablement soumis à des pressions, les perspectives de ce secteur pour laprochaine année semblent meilleures que celles des produits du bois.

« La production de l’industrie du bois de sciage devra encore êtreconsidérablement réduite pour s’aligner sur la demande, a ajouté M. Sweet.Conjugués aux droits de 27 % imposés aux Canadiens qui exportent aux Etats-Unis, les prix peu élevés et l’appréciation de leur monnaie ont forcé denombreux producteurs canadiens à subir des pertes. »

En mai, le sous-indice du pétrole et du gaz a progressé de 4,9 %, aprèsun recul cumulatif de 21,5 % au cours des mois de mars et avril. Cette pousséeest due en grande partie au gaz naturel. « Les prix de l’énergie sont encoretrès élevés par rapport aux niveaux historiques et sont supérieurs de 41 % àleur niveau de l’an dernier », a souligné M. Sweet. Malgré le haut niveau de laproduction des dix pays de l’OPEP (dont l’Irak ne fait pas partie), les coursdu pétrole ont augmenté en réaction aux signes indicateurs d’une diminutiondes stocks d’essence. A la fin du mois, le prix du West Texas Intermediate(WTI) s’était élevé au-dessus de la marque de 30 $US le baril.

« Dans le cas du gaz naturel, on craint de plus en plus qu’en raison duralentissement de la production intérieure et de l’accroissement éventuel dela consommation aux Etats-Unis, il soit difficile de hausser les stocks à desniveaux suffisants avant l’hiver prochain » a expliqué M. Sweet. En mai, leprix moyen du Henry Hub, le gaz naturel de référence aux Etats-Unis,s’établissait à 5,78 $US le million de BTU, soit plus de 3 $US de plus que leprix moyen de ce mois au cours des huit années précédentes.

Le sous-indice des métaux et minéraux s’est élevé d’environ 5 % en mai,les cours des métaux précieux et de base ayant tous deux inscrit des gainsimportants. La dépréciation persistante du dollar américain par rapport auxautres monnaies principales a stimulé la demande pour l’or et l’argent, demême que leurs prix. « Des gains importants ont aussi été inscrits pourl’ensemble des métaux de base, au milieu de conjectures voulant que l’activitééconomique s’intensifie plus tard cette année, d’inquiétudes soulevées par desconflits de travail et de baisse des stocks du LME », a poursuivi M. Sweet.Bien que l’on s’attende à ce que le rythme de l’activité économique enAmérique du Nord ralentisse quelque peu par rapport à ce qu’il était en 2002,l’accélération de la croissance plus tard en 2003 et l’an prochain, grâce àdes stimulants monétaires et fiscaux substantiels, devrait contribuer àpousser les prix des métaux et des minéraux à la hausse au cours de 2004.

    <<    Indice des prix des marchandises de BMO Groupe financier en mai 2003                    ---------------------------------------------------------                       Niveau de mai 2003        Variation par rapport à                    (1993 = 100)  un mois plus tôt  un an plus tôt    -------------------------------------------------------------------------    Toutes les     marchandises              128,8                 3,3              18,6    -------------------------------------------------------------------------    Pétrole et gaz             213,6                 4,9              41,2    -------------------------------------------------------------------------    Métaux et minéraux         109,8                 5,1               7,0    -------------------------------------------------------------------------    Produits forestiers         94,8                 0,6               3,0    -------------------------------------------------------------------------    Agriculture                 95,6                 2,2              17,8    -------------------------------------------------------------------------    >>

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque de Montréal
http://www.bmo.com/francais/index.html

Commentaires