Les producteurs acéricoles du Québec veulent être payés pour leur sirop

Longueuil (Québec), le 30 août 2000 – La situation que vit les producteurs acéricoles est inacceptable. Depuis le printemps, ils n’ont pas encore été payés pour leur récolte de sirop d’érable. Dans ces circonstances, la Fédération des producteurs acéricoles du Québec donne son entier appui à la manifestation organisée par les Syndicats des producteurs acéricoles de la Côte-du-Sud et du Bas-Saint-Laurent – Gaspésie qui se déroulera le 1er septembre 2000. La patience des producteurs a ses limites!







Devant une récolte record, les acheteurs retiennent présentement les montants d’argent qu’ils doivent aux producteurs ou refusent carrément d’acheter leur production.


Devant une récolte record, les acheteurs retiennent présentement les montants d’argent qu’ils doivent aux producteurs ou refusent carrément d’acheter leur production. Ils spéculent sur un effondrement des prix qui forcerait la Régie des marchés agricoles à revoir les prix déjà établis. Pour ce faire et en toute légalité, ils soumettent les producteurs à un véritable chantage en prétextant leur incapacité à payer le sirop, et ce, tant et aussi longtemps que le gouvernement du Québec n’annoncera pas un programme de retrait des surplus.

Or, les producteurs attendent depuis ce printemps la mise en place d’un tel programme. Ils ont consenti à investir, par le vote d’une contribution spéciale, plus de 2,0 millions de dollars pour mettre en place un tel programme. Toutefois, devant l’ampleur de la récolte, cette somme demeure insuffisante. C’est pourquoi, ils demandent une aide financière au Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) pour compléter les sommes nécessaires au financement du retrait des surplus, soit environ 1 million de dollars.

Avec des actifs à la ferme totalisant près d’un milliard de dollars, un chiffre d’affaires annuel de plus de 120 millions de dollars et sans aucun programme d’assurance, les 10 000 acériculteurs et acéricultrices du Québec, dont 80% de la production est exportée dans plus de 32 pays, sont en droit de s’attendre à cette aide. Sur le plan strictement de l’équité, sur le budget que l’état québécois consacre annuellement à la sécurité du revenu en agriculture, il est légitime de croire qu’une partie de ces montants pourra sortir l’acériculture d’une impasse dont les conséquences pourraient être désastreuses financièrement pour plusieurs milliers d’entreprises.

Si tel n’est pas le cas, le MAPAQ devra être en mesure d’expliquer à sa clientèle acéricole qu’il la laisse tomber, en période de crise, et ce, au même moment où il accorde aux autres producteurs agricoles près d’un demi-milliard de dollars annuellement pour sécuriser leurs revenus et leurs actifs. La Fédération des producteurs acéricoles du Québec demeure donc dans l’attente de l’annonce d’un programme de retrait des surplus. La survie de plusieurs entreprises acéricoles est en jeu.


Contributions aux programmes de sécurité du revenu
pour différentes productions agricoles
_________________________________________________________________________
Productions Recettes Contributions des Contributions
monétaires producteurs gouvernementales
($)
_______________________________________________
Contributions % des Contributions % des
($) recettes ($) recettes
monétaires monétaires
_______________________________________________
Céréales 422 M 49,5 M 12 % 77 M 18 %
Bovins 464 M 44 M 9 % 84,5 M 18 %
Ovins 16 M 3,5 M 22 % 6,8 M 43 %
Pommes 27 M 3,1 M 11 % 3,1 M 11 %
Pommes de terre 88 M 5,9 M 7 % 8,5 M 10 %
_________________________________________________________________________
Sirop d’érable 120 M 2 M 1,7 % 0 M 0 %
_________________________________________________________________________

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires