Légère augmentation du sous-indice de l’agriculture en mars

Montréal (Québec), 10 avril 2002 – En mars, l’Indice des prix des marchandises
de la Banque de Montréal a bondi de près de 9 % pour atteindre son niveau le
plus élevé depuis sept mois, soit 108,1 (1993=100), selon un
rapport rendu public par la Direction des études économiques de la
Banque de Montréal.

« Même si tous les groupes de marchandises ont augmenté en mars, un bond
spectaculaire des prix du pétrole et du gaz a permis à l’indice global

d’enregistrer sa hausse la plus importante depuis décembre 2000 », a déclaré
Earl Sweet, économiste en chef adjoint, Banque de Montréal. « La montée des
prix des marchandises est un signe de plus que la reprise économique est bien
engagée. Tandis que nous prévoyons que l’Indice fera de nouveaux gains dans
l’année à venir, l’excédent de capacité de production et le niveau élevé des
stocks continueront de ralentir la progression de certains segments. »

En mars, le sous-indice de l’agriculture a augmenté légèrement, surtout grâce à la hausse des prix du blé. Le rapport indique que les prix du blé ont connu récemment une légère hausse en raison des craintes de dommages éventuels
des récoltes dans d’importantes zones de culture en Amérique du Nord et de la

résolution du différend entre les Etats-Unis et la Chine au sujet de
l’importation d’aliments génétiquement modifiés (OGM). Le gain de 0,4 %
enregistré par le sous-indice de l’agriculture en mars lui permet d’être en
légère hausse de 1 % par rapport à l’année précédente. Le sous-indice de
l’agriculture est le seul à avoir progressé au cours de la dernière année,
essentiellement en raison des très fortes baisses que ce secteur avait subies
du milieu de 1996 au milieu de 2000.

En mars, le sous-indice du pétrole et du gaz a progressé fortement pour
s’établir en moyenne à 143,1, en hausse de 25 % par rapport à février, mais
encore en baisse de 29,5 % par rapport à un an plus tôt. Le rapport indique
que les prix actuels sont soutenus par une importante « prime de crainte »
découlant non seulement des sources évidentes au Moyen-Orient, mais aussi de

l’instabilité politique de plusieurs autres grands pays exportateurs de
pétrole comme le Venezuela et le Nigeria. Les économistes de la Banque
estiment que cette prime de crainte, qui a encore été gonflée par la
déclaration de l’Irak à l’effet qu’elle interromprait les exportations de
pétrole pendant un mois, correspond à 6 $US/baril sur le prix actuel.

« Nous croyons qu’à moins que la crise au Moyen-Orient s’étende à d’autres
pays, le prix actuel du pétrole ne pourra pas se maintenir, a déclaré M.
Sweet. Nous considérons que les stocks internationaux actuels sont suffisants,
et la hausse de la production et des exportations russes devrait soutenir
l’offre globale dans la période à venir. »

Les signes selon lesquels l’économie est en voie de reprise ont contribué
à faire augmenter le sous-indice des métaux et minéraux de 2,2 % en mars. Les
prix du nickel ont dominé le sous-indice avec une hausse mensuelle de 9 %
grâce au raffermissement de la demande des producteurs d’acier inoxydable et
au resserrement de l’offre de ferraille. Parmi les métaux communs, le nickel a
connu la plus forte croissance récente, avec une hausse de prix de 27 % depuis
novembre 2001. En mars, les prix du cuivre et de l’aluminium ont connu des
hausses respectives de 3,3 % et 2,3 %.

La vigueur des mises en chantier en Amérique du Nord et une ruée pour
éviter les droits imposés par les Etats-Unis sur le bois d’oeuvre canadien ont
contribué à prolonger la montée de trois mois du sous-indice des produits
forestiers. L’ensemble du sous-indice a progressé de 2 % en mars, en grande
partie mû par une robuste hausse de 10 % du prix du bois d’oeuvre. La pâte
commerciale, dont la demande fléchit pour le papier d’impression et le papier
à écrire, a poursuivi son déclin, accusant une baisse de 3 % par rapport au
mois précédent. Les prix de la pâte ont accusé une forte baisse de 35 % depuis
janvier 2001. Globalement le sous-indice des produits forestiers s’est établi
en mars à 95,4, en recul de 8,9 % par rapport à son niveau de l’année
précédente.


————————————————————————-
Indice des prix des marchandises de la Banque de Montréal en mars 2002
————————————————————————-

Variation en % par rapport à
Niveau de mars 2002 ——————————–
1993=100
Un mois plus tôt Un an plus tôt
————————————————————————-
Toutes les marchandises 108,1 8,9 -15,8
————————————————————————-
Pétrole et gaz 143,1 25,1 -29,5
————————————————————————-
Métaux et minéraux 103,2 2,2 -2,5
————————————————————————-
Produits forestiers 95,4 2,0 -8,9
————————————————————————-
Agriculture 80,3 0,4 1,0
————————————————————————-

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque de Montréal

http://www.bmo.com/francais/index.html

Commentaires