Maïs et soya : des rendements en yoyo chez l’Oncle Sam

À mi-chemin des récoltes de maïs et de soya, les rendements fluctuent énormément d’un d’un État américain à l’autre. « Nous avons eu nos meilleurs rendements à vie avec 66 boisseaux de soya/acre », raconte un producteur du Minnesota sur le site d’AgWeb. « On a récolté le tiers de notre maïs avec une moyenne de 220 boisseaux/acre et des pointes allant jusqu’à 250 boisseaux/acre » poursuit-il, en précisant que ses terres sont constituées de loam sablonneux.

Par contre, l’histoire est bien différente dans d’autres États du Corn Belt où les rendements connaissent une sacrée baisse comme en Indiana ou en Illinois. « On vient de finir de récolter notre maïs, témoigne un autre producteur. On a eu une moyenne misérable de 122,7 boisseaux/acre alors que l’année dernière on a engrangé 242,7 boisseaux/acre. Je crois que le Département américain de l’agriculture (USDA) va devoir réviser ses statistiques à la baisse », dit-il.

Un tout récent rapport du USDA précise qu’en date du 13 octobre, 42 % des récoltes de maïs ont été effectuées comparées à une moyenne de 43 % à cette même date au cours de cinq dernières années. Par contre, la récolte de soya est plus précoce avec 62 % des superficies récoltées comparées à une moyenne de 54 % couvrant les cinq dernières années.

Les producteurs attribuent la baisse spectaculaire des rendements au printemps horriblement pluvieux qui a inondé et gorgé les sols d’eau. Certains comtés ont d’ailleurs été désignés comme zones sinistrées.

Toujours selon le USDA, 15 % de la récolte du Missouri est considérée de catégorie « pauvre » à « très pauvre », alors que la moyenne nationale dans cette catégorie est de 10 %. À l’inverse, au Minnesota à peine 2 % du maïs et 3 % du soya sont qualifiés de la sorte.   Au Minnesota en Ohio, les récoltes de maïs et de soya de catégorie pauvre à très pauvre oscillent entre 17 % et 24 %. Selon les analystes, il faudra attendre un peu avant de voir si cette situation influence les prix du maïs et du soya à la hausse.

 

Source : www.agweb.com, USDA

 

à propos de l'auteur

Journaliste, photographe et agroéconomiste

Nicolas Mesly

Nicolas Mesly est agroéconomiste, journaliste et photographe spécialisé dans les enjeux agroalimentaires. Il couvre les grandes cultures pour Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires