Olymel relancera son usine de Princeville le 24 octobre prochain

Saint-Hyacinthe (Québec), 26 septembre 2005 – Olymel s.e.c. annonce qu’elle mettra finalement en oeuvre son plan de relance de l’usine de Princeville, fermée en mai 2004. Grâce à l’intervention du ministre du Travail du Québec,Olymel s.e.c. et le Comité de relance ont pu s’entendre sur l’offre del’entreprise et trouver à l’intérieur de cette offre les aménagementsnécessaires permettant la réouverture de l’usine.

Devant une offre bonifiée quihausse, notamment, de 1,30 $ l’heure l’échelon salarial le plus bas, lessyndiqué-es CSN d’Olymel ont entériné à 66 pour cent l’entente négociée plustôt par leur syndicat et la direction de l’entreprise en présence d’unconciliateur du ministère du Travail.

Ainsi, la convention collective de sept ans prévoit quatreclassifications salariales allant de 14,65 $ à 16,45 $ l’heure. L’offreoriginale de l’employeur fixait un taux horaire minimal de 13,35 $ l’heure.Les augmentations salariales, sur les six années à venir du nouveau contrat detravail, totaliseront 18 pour cent.

Des aménagements ont également été apportés aux mouvements de main-d’oeuvre qui respectent davantage le principe de l’ancienneté. Une clause dela convention protège également les salarié-es contre la sous-traitance. Enoutre, des améliorations notables ont été apportées aux assurancescollectives.

« Dans une conjoncture de marchédifficile, cette nouvelle entente conjugue à la fois notre capacité de payeret l’établissement d’un cadre opérationnel plus souple. J’ai la conviction quedans l’ensemble de nos activités d’abattage et de découpe de viande de porc,l’usine de Princeville sera parmi les plus compétitives », de déclarer monsieurRéjean Nadeau, président-directeur général d’Olymel s.e.c.

La reprise des activités de l’usine de Princeville nécessitera uninvestissement de près de 3 millions de dollars en équipements et enagrandissement des installations. Les travaux pour la remise en opération del’usine comme la sanitation et la réfrigération débuteront dès cette semaineen même temps que seront lancés les premiers appels d’offres. Les opérationsdevraient reprendre dès le 24 octobre prochain et cette réouverture devraitcréer à court terme plus de 250 emplois. Les travailleurs de l’usine ontaccepté une convention collective d’une durée de sept ans avec des conditionsde travail qui se comparent avantageusement à celles de la région et à cellesprévalant dans l’ensemble de l’industrie en Amérique du Nord.

« La relance de l’usine de Princeville permettra à Olymel s.e.c. de saisirles occasions qui sont présentement favorables à une reprise des activités.L’étude de projets sur les animaux de réforme en production porcine et bovine,la possibilité d’acheter plus de porcs en provenance de l’extérieur du Québecsont des facteurs propres à favoriser le développement d’activitéscomplémentaires à l’usine de Princeville », de conclure monsieur Réjean Nadeau,président-directeur général d’Olymel s.e.c.

Olymel s.e.c. occupe le premier rang au Canada dans le domaine del’abattage, de la transformation et de la distribution des viandes de porc etde volaille, avec des installations au Québec, en Ontario et en Alberta.L’entreprise emploie au-delà de 10 000 personnes et exporte près de la moitiéde ses ventes principalement aux Etats-Unis, au Japon et en Australie ainsique dans une soixantaine d’autres pays. Son chiffre d’affaires devraitatteindre plus de 2,5 milliards de dollars cette année, avec une capacitéd’abattage et de transformation de 160 000 porcs et 1,6 million de volaillespar semaine. L’entreprise commercialise ses produits sous les marques Olymel,Lafleur, Flamingo, Prince et Galco Foods.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Olymel
http://www.flamingo.qc.ca/

Commentaires