Olymel reporte au 20 avril la fermeture du complexe formé par ses usines de St-Simon et de St-Valérien

St-Hyacinthe (Québec), 21 mars 2007 – La direction d’Olymel a annoncé sa décision de reporter au 20 avril prochain la fermeture de ses usines de St-Valérien-de-Milton et de St-Simon de Bagot, situées toutes deux dans la région de St-Hyacinthe. Olymel répond ainsi à une demande de laFédération des producteurs de porcs du Québec et de plusieurs instancesgouvernementales et politiques. Cette décision exceptionnelle devraitpermettre un meilleur écoulement des porcs dans le contexte de la criseactuelle de l’industrie porcine, crise aggravée par le conflit de travail quipersiste dans une usine d’abattage d’un compétiteur de la région deYamachiche. La prolongation des activités de ce complexe d’Olymel permettraégalement de maintenir une capacité d’abattage suffisante au cours de lapériode de Pâques, période annuelle de ralentissement des opérations desusines en raison des congés fériés. La poursuite des activités se fera àl’intérieur de l’entente sur la suspension du mécanisme de vente convenueentre les acheteurs et la Fédération des producteurs de porcs du Québec.

La fermeture du complexe formé par l’usine d’abattage deSt-Valérien-de-Milton et l’usine de découpe et de désossage de viande de porcde St-Simon-de-Bagot, prévue pour le 30 mars prochain, avait été annoncée l’andernier dans le cadre d’un plan de restructuration visant à rationaliser lesopérations de l’entreprise dans le secteur du porc frais et à retrouver lavoie de la rentabilité. Rappelons qu’Olymel a été durement frappée par lesconséquences de la crise de l’industrie porcine au Canada et au Québec,enregistrant des pertes de plus de 150 millions de dollars depuis 2003 dans leseul secteur du porc frais.

Olymel tient à rappeler que la décision de fermer ces deux établissementsrepose sur une analyse approfondie des perspectives de croissance de cesusines et sur la situation de surcapacité d’abattage qui prévaut actuellementdans l’industrie porcine québécoise. Il s’agit d’une décision d’affairesmotivée par la nécessité de s’adapter aux difficiles conditions du marché etde relancer sur une base viable les activités du secteur du porc frais dontdépendent encore plus de 3 500 emplois chez Olymel seulement. Cetteprolongation des opérations représente une décision ponctuelle etexceptionnelle visant à répondre à une demande pressante du milieu.

A propos d’Olymel s.e.c.
Olymel s.e.c. occupe le premier rang au Canada dans le domaine del’abattage, de la transformation et de la distribution des viandes de porc etde volaille, avec des installations au Québec, en Ontario et en Alberta.L’entreprise emploie au-delà de 10 000 personnes et exporte près de la moitiéde ses ventes, principalement aux Etats-Unis, au Japon et en Australie, ainsique dans une soixantaine d’autres pays. Son chiffre d’affaires devraitatteindre près de 2,5 milliards de dollars cette année, avec une capacitéd’abattage et de transformation de 160 000 porcs et 1,6 million de volaillespar semaine. L’entreprise commercialise ses produits principalement sous lesmarques Olymel, Lafleur et Flamingo.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Olymel
http://www.olymel.com

Commentaires