Ligne de temps

Pensez chaulage

Vous venez de faire votre deuxième coupe, ou encore, vous vous y attaquerez dans les prochains jours. Que pouvons-nous faire pour améliorer notre prairie? La regarder pousser et prier Dame Nature? Mais avez-vous pensé au chaulage d’entretien? Une notion de base trop souvent négligée…

Chaulage

Tableau : Anne Vanasse, agr.

Lorsqu’on regarde nos analyses de sol, c’est le pH eau qui indique s’il faut chauler. Dans le tableau ci-contre, vous pourrez constater que la luzerne exige un pH proche de la neutralité (pH 7). Elle prélève également une quantité importante de calcium. Par exemple, pour un rendement de 7 t/ha m.s., la culture de la luzerne exportera annuellement environ 100 kg/ha de calcium.

Le chaulage des prairies peut s’effectuer après la première ou la deuxième coupe même si la culture ne sera pas labourée à l’automne. Le chaulage de surface avec les chaux naturelles ne causera aucun dommage à la culture, particulièrement s’il est fait avant que le regain ne soit très avancé. Une dose d’une tonne à l’acre (0,4 t/ha) chaque année est habituellement utilisée. Le rendement moyen sera ainsi augmenté tout en faisant baisser le pourcentage de couverture par les mauvaises herbes de façon significative.

Il n’est pas recommandé d’appliquer de la chaux sur du lisier ou du fumier fraîchement appliqué. À leur contact, le carbonate de la chaux favorisera la volatilisation de l’azote ammoniacal du fumier.

Les conditions froides et pluvieuses du début du mois de juin n’ont pas aidé à l’implantation des luzernières : de nombreux plants courts, jaunâtres et ayant quelques taches brunes sur les feuilles étaient visibles dans les champs. L’application de chaux en surface aide également l’établissement de la luzerne en favorisant la croissance du système racinaire et en améliorant la formation des nodules chez les légumineuses. Les chercheurs Reid et Seaney (1985) ont conclu que la chaux appliquée en surface corrige très rapidement le pH dans les 2 à 3 premiers centimètres de sol (sans toutefois changer rapidement le pH de la zone située entre 3 et 15 cm). N’hésitez donc pas à mettre de la chaux, ce sera tout à votre avantage.

* Texte de Brigitte Lapierre, agr., Conseillère spécialisée plantes fourragères et conservateur d’ensilage, La Coop fédérée, réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères : http://www.cqpf.ca/.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires