Planifiez vos pâturages

paissance AbitibiLa neige fondue, il ne manque que la chaleur pour voir verdir les pâturages. Et qui dit pâturage dit production économique de votre élevage vache-veau. Voici quelques points issus d’un article du Canadian Cattleman d’avril 2014 intitulé The Grazing Plan, écrit par Steve Kenyon de Greener Pastures Ranching d’Alberta. Bien sûr! Les troupeaux québécois n’ont pas la dimension de ceux de l’Ouest, mais la nécessité de planifier sa saison de paissance est tout aussi importante. Voici donc les points sur lesquels vous devriez miser :

Unités animales

  • Le nombre d’unités animales par pâturage n’est pas déterminé par la superficie, mais par la production d’herbe.
  • Fixez un nombre moyen d’animaux par hectare. Si la production de ce pâturage est plus faible, diminuer le nombre d’animaux.

Période de repos

  • La durée de repos entre chaque paissance varie en fonction de l’humidité du pâturage, l’état de votre pâturage et la gestion du pâturage.
  • Le but est de s’assurer que les plantes puissent repousser et que leurs racines puissent refaire leurs réserves.

Mouvement des animaux

  • Les animaux ne sont pas déplacés en fonction du numéro de parcelle. Ils le sont plutôt pour faciliter le mouvement. Un tableau avec les dates d’entrée pour chaque parcelle en paissance 1 et 2 aide à la planification.
  • La première journée, la paissance en bande permet d’habituer les animaux au contact des humains. Steve Kenyon déplace les animaux jusqu’à huit fois cette journée-là.
  • La durée de paissance par parcelle augmente lorsque la production fourragère est plus grande.
  • En deuxième paissance, la durée dans chaque parcelle augmente.

Même le meilleur plan est influencé par la météo. Alors, ne vous attendez pas à faire exactement ce que vous avez prévu.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires